Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de cookies.

Seulement avec le vent, le temps et le son

Né en Allemagne quelques mois avant la dernière bataille européenne de la Deuxième Guerre Mondiale, Anselm Kiefer grandit en étant témoin des conséquences de la guerre moderne et de la division de son pays. Il vécut aussi la reconstruction d'une nation fragmentée et sa lutte pour se recomposer. Kiefer se consacra à étudier les modèles entrecroisés de l'histoire et de la mythologie allemandes et comment ils contribuèrent à l'apparition du fascisme. Il aborda ces questions en violant des tabous esthétiques et en ressuscitant des symboles sublimés. Dans l'un de ses premiers projets, la série Occupations (Besetzungen, 1969), Kiefer se photographia lui-même en train de réaliser le salut nazi dans plusieurs endroits lors d'un voyage à travers la Suisse, l'Italie et la France. Les peintures postérieures, des paysages immenses et des intérieurs architecturaux, auxquels ils appliquaient du sable et de la paille, évoquent l'héritage politique et littéraire de l'Allemagne. On y retrouve de multiples références aux légendes des « Nibelungen » et à Richard Wagner, à l'architecture d'Albert Speer et à Adolf Hitler. Dès le milieu des années 1980, et concrètement après s'être installé dans le sud de la France au début des années quatre-vingt-dix, Kiefer élargit son iconographie pour aborder des thèmes plus universels comme la civilisation, la culture et la spiritualité, en s'inspirant de la Kabbale, de l'alchimie et de la mythologie de l'Antiquité, entre autres thèmes.

Seulement avec le vent, le temps et le son (Nur mit Wind, mit Zeit und mit Klang, 1997) appartient à une série d'œuvres grand format qui comprennent des pyramides et d'autres structures de l'Antiquité de grandes dimensions. Kiefer commença cette série (qui inclut aussi des livres) en 1996, en s'inspirant de photographies prises au cours de ses voyages en Amérique et en Asie. Les hauts immeubles et les gratte-ciel ont une signification spéciale dans l'œuvre de l'artiste allemand. Comme dans l'ancienne Égypte, où les pyramides étaient considérées comme des lieux de passage entre ici-bas et l'au-delà, Kiefer décrit ces monuments en les assimilant au « ciel et à la terre »[1]. Le titre de cette œuvre, qui figure dans une inscription sur la pyramide, appartient au poème Exil de la poétesse autrichienne du XXe siècle, Ingeborg Bachmann. Comme Bachmann, dont l'enfance fut marquée par la Deuxième Guerre Mondiale, Kiefer base une grande partie de son œuvre sur des guerres lointaines et anciennes pour réfléchir sur le cycle destructeur de l'histoire.

Note : 
1. Daniel Arasse. Anselm Kiefer, Londres, Thames and Hudson, 2001, p. 268–74.

Source(s) : 
Nancy Spector. « Anselm Kiefer », Spector. Éd. Guggenheim Museum Collection: A to Z. 3ème rév. éd. New York, Solomon R. Guggenheim Museum, 2009.
Miguel López-Remiro. « Anselm Kiefer », Colección del Museo Guggenheim Bilbao, Bilbao, Guggenheim Bilbao Museoa ; Madrid, TF Editores, 2009.
« Anselm Kiefer », La Collection Permanente des Musées Guggenheim. Bilbao, Guggenheim Bilbao Museoa, 2007.

Anselm Kiefer

Seulement avec le vent, le temps et le son (Nur mit Wind, mit Zeit und mit Klang), 1997

Acrylique et émulsion sur toile

470 x 940 cm

Guggenheim Bilbao Museoa

×