Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de cookies.

Sans titre (Le Rhin)

Né en Allemagne quelques mois avant la dernière bataille européenne de la Deuxième Guerre Mondiale, Anselm Kiefer grandit en étant témoin des conséquences de la guerre moderne et de la division de son pays. Il vécut aussi la reconstruction d'une nation fragmentée et sa lutte pour se recomposer. Kiefer se consacra à étudier les modèles entrecroisés de l'histoire et de la mythologie allemandes et comment ils contribuèrent à l'apparition du fascisme. Il aborda ces questions en violant des tabous esthétiques et en ressuscitant des symboles sublimés. Dans l'un de ses premiers projets, la série Occupations (Besetzungen, 1969), Kiefer se photographia lui-même en train de réaliser le salut nazi dans plusieurs endroits lors d'un voyage à travers la Suisse, l'Italie et la France. Les peintures postérieures, des paysages immenses et des intérieurs architecturaux, auxquels ils appliquaient du sable et de la paille, évoquent l'héritage politique et littéraire de l'Allemagne. On y retrouve de multiples références aux légendes des « Nibelungen » et à Richard Wagner, à l'architecture d'Albert Speer et à Adolf Hitler.

Sans titre (Le Rhin) [Ohne Titel (Der Rhein), 1982] est formée de deux parties bien différenciées. Dans la partie inférieure s'étend le Rhin, symbole fréquent dans les œuvres de Kiefer de la fin des années 1960. Kiefer, qui naquit et grandit sur les rives du Rhin, remémore ici la valeur symbolique du fleuve dans le romantisme et dans les mouvements nationalistes qui suivirent. Sur le fleuve surgit un édifice dont le style évoque le style d'architecture préféré des nazis, comme l'atteste l'œuvre des architectes Speer et Wilhelm Kreis. Ainsi, Kiefer juxtapose le flux de la nature, représentée par le fleuve, et la dogmatisation esthétique formelle que le nazisme s'efforça d'imposer comme norme.

Le propre support utilisé par l'artiste fait aussi référence à l'histoire allemande : la xylographie est un support traditionnellement associé à l'art allemand, depuis le grand artiste de la Renaissance Albrecht Dürer aux expressionnistes du XXe siècle comme Ernst Ludwig Kirchner. Cette œuvre se compose de plusieurs impressions xylographiques, dont on distingue légèrement les bords, collées sur la toile pour produire l'image complète. L'artiste donne encore plus de poids à ce support en lui ajoutant le cadre en bois imprimé qui entoure l'image.

Source(s) : 
Nancy Spector. « Anselm Kiefer », Spector. Éd. Guggenheim Museum Collection: A to Z. 3ème rév. éd. New York, Solomon R. Guggenheim Museum, 2009.
Miguel López-Remiro. « Anselm Kiefer », Colección del Museo Guggenheim Bilbao, Bilbao, Guggenheim Bilbao Museoa ; Madrid, TF Editores, 2009.
« Anselm Kiefer », La Collection Permanente des Musées Guggenheim. Bilbao : Guggenheim Bilbao Museoa, 2007.

Anselm Kiefer

Sans titre (Le Rhin) [Ohne titel (Der Rhein)], 1982

Xylographie, émulsion, huile et collage sur toile

240 x 352 cm

Guggenheim Bilbao Museoa

×