Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de cookies.

Sans titre

Doris Salcedo est née à Bogota en 1958. Après une formation initiale en peinture et une brève incursion dans le théâtre, elle se tourne vers la sculpture dans les années 1980. Pendant son séjour à New York, où elle obtient en 1984 un master en beaux-arts à l'Université du New York, sa découverte de l'œuvre de Joseph Beuys et son expérience en tant qu'étrangère dans cette ville, éveillent son intérêt pour la dimension politique de la sculpture : « Avec son œuvre, je découvris le concept de "sculpture sociale", la possibilité de modeler une société à travers l'art » signale l'artiste [1]. Après avoir obtenu son diplôme, elle rentre à Bogota pour enseigner la sculpture et la théorie de l'art à l'Université Nationale de Colombie, jusqu'à la fin des années quatre-vingt. L'instabilité politique qu'elle rencontre à son retour la pousse à participer à des projets qui évoquent les répercussions quotidiennes de la violence qui règne à cette époque.

Sans titre (2008) appartient à une série inachevée commencée en 1989, la plus grande série de sculptures à cette date de l'artiste, dans laquelle elle assemble divers éléments, même des meubles domestiques, et les utilise comme véhicule pour explorer la situation politique dramatique qui règne en Colombie. Comme dans d'autres séries, par exemple La maison veuve (La casa viuda, 1992–95), elle utilise aussi ici du mobilier en bois pour évoquer le corps humain et son absence. « Toutes les œuvres que j'ai créées jusqu'à ce jour contiennent des preuves directes d'une victime réelle de la guerre de Colombie » commente l'artiste [2]. La série présente des groupes de tables et d'armoires usées par le passage du temps, que l'artiste a réassemblées sous des formes hybrides, en recouvrant les trous et une partie de la surface de béton. Grâce aux propriétés du matériel, les nouvelles formes fonctionnent comme des témoins silencieux de narratives personnelles et collectives.

Parfois, Salcedo présente ses sculptures en groupes serrés, comme dans ses installations du Carnegie International de Pittsburgh, en 1995, et dans la Cathédrale Anglicane de Liverpool, durant la biennale de Liverpool célébrée en 1999. Ainsi, l'artiste met en valeur les associations formelles et matérielles entre différentes pièces, comme les relations existant entre les individus au sein d'un groupe. Mais ses sculptures fonctionnent aussi de manière autonome. L'œuvre Sans titre, qui appartient à la Collection du Musée Guggenheim Bilbao, nous rappelle la situation politique d'un lieu concret (la Colombie) et les expressions universelles de l'individualité, de la mémoire et de l'oubli. Sans titre enrichit l'ensemble des exemples représentatifs des chemins suivis par la sculpture et l'art de l'installation depuis le début des années 1990. Salcedo est la première artiste sud-américaine représentée dans la Collection du Musée Guggenheim Bilbao.

1. Interview: Carlos Basualdo. « Conversation with Doris Salcedo », Doris Salcedo, Londres, Phaidon, 2000, p. 10.

2. Ibid., p. 14.

Doris Salcedo

Sans titre, 2008

Bois, métal et ciment

78 x 247 x 121 cm

Guggenheim Bilbao Museoa

×