Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Les Chemins de la sagesse mondiale : la bataille de Hermann

Né en Allemagne quelques mois avant la dernière bataille européenne de la Deuxième Guerre Mondiale, Anselm Kiefer grandit en étant témoin des conséquences de la guerre moderne et de la division de son pays. Il vécut aussi la reconstruction d'une nation fragmentée et sa lutte pour se recomposer. Kiefer se consacra à étudier les modèles entrecroisés de l'histoire et de la mythologie allemandes et comment ils contribuèrent à l'apparition du fascisme. Il aborda ces questions en violant des tabous esthétiques et en ressuscitant des symboles sublimés. Dans l'un de ses premiers projets, la série Occupations (Besetzungen, 1969), Kiefer se photographia lui-même en train de réaliser le salut nazi dans plusieurs endroits lors d'un voyage à travers la Suisse, l'Italie et la France. Les peintures postérieures, des paysages immenses et des intérieurs architecturaux, auxquels ils appliquaient du sable et de la paille, évoquent l'héritage politique et littéraire de l'Allemagne. On y retrouve de multiples références aux légendes des « Nibelungen » et à Richard Wagner, à l'architecture d'Albert Speer et à Adolf Hitler. Dès le milieu des années 1980, et concrètement après s'être installé dans le sud de la France au début des années quatre-vingt-dix, Kiefer élargit son iconographie pour aborder des thèmes plus universels comme la civilisation, la culture et la spiritualité, en s'inspirant de la Kabbale, de l'alchimie et de la mythologie de l'Antiquité, entre autres thèmes.

Les chemins de la sagesse mondiale : la bataille de Hermann (Wege der Weltweisheit: Die Hermannsschlacht, 1982–93) est un panthéon emmêlé incrusté de portraits de personnages historiques allemands situés dans un bois et unis par des anneaux de troncs d'arbres superposés. L'œuvre appartient à une série de grands collages similaires incrustés dans du bois que Kiefer créa à la fin des années soixante-dix et début des années quatre-vingt. Le titre fait référence à Hermann, également connu sous son nom romain, Arminius, qui dirigea brillamment les tribus germaniques contre les Romains dans la Bataille de la forêt de Teutoburg, en l'an 9 de notre ère, qui permit à la Germanie d'obtenir l'indépendance de l'Empire Romain. Hermann se convertit en un symbole puissant des nationalistes allemands du XIXe siècle et son mythe fut utilisé par les nazis durant le Troisième Reich pour clamer la supériorité raciale de la race dite « Aryenne ». Les personnages représentés ici sont d'intellectuels, de poètes et de compositeurs des XVIIIe et XIXe siècles, ainsi que de leaders et d'industriels prussiens et de chefs militaires nazis. Les portraits s'inspiraient principalement des images figurant dans un livre de 1937, Face of the German Leader: 200 Portraits of German Fighters and Pioneers across 2000 Years, qui présentait une généalogie légitime du national-socialisme [1]. Dans la xylographie composée par Kiefer, les têtes des différents personnages s'interposent de façon confuse et maladroite, sans aucun ordre apparent, et un bûcher sinistre naissant sous le portrait du propre Hermann s'étend depuis le centre de l'œuvre.

Le choix de ce support par Kiefer est étroitement lié ici au thème : la xylographie a traditionnellement été très associée à l'art allemand, depuis le grand artiste de la Renaissance Albrecht Dürer aux expressionnistes du XXe siècle comme Ernst Ludwig Kirchner, qui la récupéra timidement. Kiefer a employé la xylographie dans plusieurs de ses œuvres, comme Sans titre (Le Rhin) [Ohne Titel (Der Rhein), 1982], qui appartient aussi à la Collection du Musée Guggenheim Bilbao.

Note : 
1. Voir Hans Dickel. « Off the Beaten Track: On the Series Ways of Worldly Wisdom » dans Klaus Gallwitz. Éd. Anselm Kiefer: Wege der Weltweisheit/Die Frauen der Revolution. Düsseldorf, Richter Verlag, 2007.

Source(s) : 
Nancy Spector. « Anselm Kiefer », Spector. Éd. Guggenheim Museum Collection: A to Z. 3ème rév. éd. New York, Solomon R. Guggenheim Museum, 2009.
Miguel López-Remiro. « Anselm Kiefer », Colección del Museo Guggenheim Bilbao, Bilbao, Guggenheim Bilbao Museoa ; Madrid, TF Editores, 2009.
« Anselm Kiefer », La Collection Permanente des Musées Guggenheim. Bilbao : Guggenheim Bilbao Museoa, 2007.

Anselm Kiefer

Les Chemins de la sagesse mondiale : la bataille de Hermann (Wege der Weltweisheit: die Hermannsschlacht), 1982–93

Xylographie, émulsion, huile et collage-papier sur toile

490 x 612 cm

Guggenheim Bilbao Museoa

×