Menu

Array
(
)
AJAX: 

Graphie basque ; typographie et ornementation : 1961–1967

Les recherches artistiques d’Erlea Maneros Zabala (Bilbao, 1977) ont pour objet la nature de la représentation et le traitement de l’image et l’interprétation de l’histoire par les médias dans la configuration des discours contemporains.

Pour son travail, l’artiste se penche sur son environnement le plus proche, dans lequel elle s’approprie de représentations chargées d’un lourd contenu politique et historique, qu’elle inverse, transforme et sérialise. Des œuvres comme Sans titre (8 septembre 1894. La Ilustración Española y Americana) [Untitled (September 8, 1894. La Ilustración Española y Americana), 2007/13] ou Graphie Basque, typographie et ornementation [Grafía Vasca; tipografía y ornamentación: 1961–1967 (2013)] s’inspirent de la culture et de l’histoire basques, alors que des créations aussi significatives que Sans titre (Fichier sur microfilm du Los Angeles Times, mai 2007 [Untitled (Los Angeles Times Archive on Microfilm, May 2007), 2008] ou Sans titre, jeudi 1er novembre 2001, Los Angeles Times et New York Times (Untitled, Thursday, November 1st, 2001, Los Angeles Times and New York Times, 2005-13) abordent des thèmes associés à Los Angeles, sa ville d’adoption. L’artiste a recours à l’histoire, au passé et au présent, à travers des images mais aussi à travers des processus, en récupérant des technologiques archaïques ou obsolètes.

Graphie basque ; typographie et ornementation : 1961–1967 (Grafía Vasca; tipografía y ornamentación: 1961–1967), créée spécifiquement pour l’exposition Garmendia, Maneros Zabala, Salaberria. Processus et méthode, se compose de 39 gravures sur cuivre reproduisant certaines pages de la publication périodique Sine Nomine. Née dans la clandestinité après l’interdiction d’Egiz (1950–1952), Sine Nomine fut éditée, ronéotypée et distribuée à partir de 1961 par le clergé basque. Grafía Vasca nous permet de réinterpréter des séries de travaux antérieurs de Maneros Zabala et d’observer comment son intérêt pour les aspects formels de l’image s’est déplacé vers les aspects formels du texte. D’une certaine façon, l’artiste élimine la dualité entre texte et image, à l’instar de ce qu’elle fit dans d’autres séries comme Exercices d’abstraction (Exercises on Abstraction, 2007–13), dans lesquelles elle partait de l’invisibilité du contenu textuel pour atteindre l’abstraction. Ainsi, Graphie basque ; typographie et ornementation : 1961–1967 ne présente pas directement la feuille imprimée, mais la matrice qui serait à la base du texte, comme s’il s’agissait d’une action archéologique montrant le processus de reproduction mécanique, une technique industrielle obsolète. 

Erlea Maneros Zabala

Graphie basque ; typographie et ornementation : 1961–1967, 2013

Gravure sur cuivre

39 plaques : 42 x 30 cm chacune

Guggenheim Bilbao Museoa

×