Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Étude phénicienne rouge

Robert Motherwell étaient l'un des plus jeunes de l'extravagant groupe d'artistes abstraits américains qui naquit dans les années 1940 et qui, sur sa proposition, se fit connaître comme l'École de New York. Contrairement à d'autres expressionnistes abstraits comme Jackson Pollock et Mark Rothko, Motherwell passa ses années de formation à l'université, où il étudia la philosophie — et surtout, l'esthétique — avant de passer à l'histoire de l'art. Par l'intermédiaire de Meyer Schapiro, un historien d'art renommé de l'Université de Columbia, il fit la connaissance de divers artistes européens qui s'étaient réfugiés à New York lorsqu'éclata la Deuxième Guerre Mondiale, en particulier Matta et d'autres surréalistes, dont les méthodes automatistes eurent une énorme influence sur lui. En 1941, Motherwell décida de se consacrer à part entière à l'art et se fit rapidement remarquer par ses collages et ses peintures abstraites du début des années 1940, qu'il exposa au galerie-musée Art of This Century de Peggy Guggenheim et, en 1946, au Museum of Modern Art. La place occupée par Motherwell dans l'histoire de l'art américain n'est pas due seulement à son œuvre en tant que peintre mais aussi à ses prodigieux succès récoltés comme intellectuel public, en tant que porte-parole du groupe d'artistes de New York qui l'entouraient et auteur de multiples écrits.

À la fin des années soixante, Motherwell commença une série de peintures qu'il regroupa sous le qualificatif d'« ouvertes ». Selon l'artiste, ces œuvres intégraient une « métaphore de fenêtre intérieure/extérieure » et se caractérisaient par leur formes trapézoïdales suspendues à différents niveaux[1]. Lorsqu'il commença à peindre Étude phénicienne rouge (Phoenician Red Studio, 1977), Motherwell maintint le rectangle linéaire suspendu du bord supérieur de la peinture et introduisit les étranges figures de l'alphabet phénicien dans un espace apparemment arraché qui donne un autre plan dimensionnel. Il travaillait la surface du rouge saturé avec de légères variations de densité, intensifiant la luminosité éclatante de la peinture. Le propre artiste expliqua que cette peinture fait allusion à l'une des œuvres-clé de Matisse, L'Atelier rouge (1911), qui appartient à la collection du Museum of Modern Art, une œuvre majeure que les artistes de New York allaient voir habituellement. Motherwell n'était pas le seul membre du groupe expressionniste abstrait obsédé par l'image de Matisse : son ami Rothko n'était pas seulement enthousiasmé par le peintre mais peignit aussi plusieurs hommages indirects en son honneur. L'hommage de Motherwell fait aussi référence à l'art ancien, un thème que tous les membres du groupe avaient étudié dans leurs premières années de recherche d'un langage plus pur et plus évocateur. Motherwell expliqua que le dessin qui apparaît à l'intérieur du rectangle évoque deux lettres de l'ancien alphabet phénicien, un thème qui avait depuis toujours fasciné l'artiste « parce que ses signes puisent évidemment leur origine dans des gestes naturels reproduits en argile dans un style et restent des formes naturelles lorsqu'elles sont reproduites au crayon charbon, comme dans le cas présent ».

Le « geste naturel » auquel Motherwell faisait allusion avait toujours été une caractéristique de son esthétique personnelle, qui consistait à tenter de conserver le geste « naturel » (autrement dit, spontané) en l'associant en même temps à des formes quasi-géométriques. Il ajouta un élément profondément sensuel à travers la couleur, dans ce cas, le rouge phénicien. L'artiste disait qu'il adorait la rougeur du rouge ; dans cette peinture, l'intensité saturée de cette couleur reflète clairement la joie ressentie par l'artiste à créer un immense champ de rouge qui semble dépasser les limites de la toile.

Note : 
1. Cette déclaration et d'autres postérieures de l'artiste appartiennent à des conversations maintenues avec Dore Ashton. Citées par Ashton. « Robert Motherwell », Colección del Museo Guggenheim Bilbao, Bilbao, Guggenheim Bilbao Museoa ; Madrid, TF Editores, 2009.

Source(s) : 
Dore Ashton. « Robert Motherwell », Colección del Museo Guggenheim Bilbao, Bilbao, Guggenheim Bilbao Museoa ; Madrid, TF Editores, 2009.

Robert Motherwell

Étude phénicienne rouge (Phoenician Red Studio), 1977

Acrylique et fusain sur toile

218,4 x 487,6 cm

Guggenheim Bilbao Museoa

×