Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Comment vous conduirez-vous ? Un chat de cuisine parle

L'œuvre de Liam Gillick, inspirée de l'Art Conceptuel et du Minimalisme que l'artiste réinterprète à sa façon, ne se limite pas à une forme spécifique de pratique artistique, mais est influencée par les multiples facettes de l'artiste : critique, écrivain, créateur, conservateur, cinéaste, professeur et artiste visuel. Toutes ces disciplines sont une source d'inspiration pour son œuvre, qu'on comprend mieux comme des groupes d'idées vues sous des angles multiples que comme objets individuels.

En 1989, Gillick monta sa première exposition individuelle, 84 Diagrams, à la Karsten Schubert Gallery de Londres, où il présenta une série de dessins pour des immeubles de style moderniste tardif, intentionnellement défectueux ou non viables du point de vue architectural. L'artiste, intéressé par la « possibilité de travailler vite et de traiter rapidement les idées », utilisait un programme informatique pour obtenir des résultats à une époque où ces outils commençaient à être accessibles au grand public [1]. L'année suivante, Gillick commença à travailler avec l'artiste et écrivain Henry Bond sur une série intitulée Documents. Pour ce projet, les deux artistes fonctionnèrent comme une équipe de journalistes, en travaillant à travers une association de presse britannique et en couvrant des événements (conférences de presse, séances photos, etc.) en tant que reporters ou photographes. Toutefois, les œuvres obtenues, qui consistaient en une photographie encadrée et un panneau avec un texte, parfois accompagnées d'un enregistrement audio, n'avaient que peu à voir avec le journalisme. Gillick déclara alors : « Pour moi, le plus intéressant était d'échanger constamment le rôle de l'artiste et celui de la personne qui n'a pas besoin d'un permis culturel pour participer à un discours activé et qui l'habituellement a des limites professionnalisés »[2].

En 1992, Gillick commença à écrire la première scène d'un script intitulé McNamara, qui serait utilisé par la suite pour créer un film d'animation sur un événement fictif. Ce script se transforma très vite en un « scénario », que l'artiste décrit comme une « séquence de possibilités en mutation constante ». Et il ajoute : « Ajoutez une petite portion de différence et les résultats partent dans tous les sens, changez le lieu de l'action et tout est différent. Il y a un grand pas entre les sociétés qui basent leur développement sur des scénarios et celles qui le font sur la planification »[3]. Cette expérience marqua un point d'inflexion dans l'œuvre artistique de Gillick car, pour la première fois, l'intention et le résultat étaient indépendants et le résultat de ses recherches était générateur, instrument ou prototype d'idées nouvelles. Gillick explique : « Cela me permit d'arriver à une situation où l'œuvre n'était pas obligée de tout faire, si on peut dire, l'oeuvre pouvait exister à différents niveaux d'importance par rapport à certaines idées-clé et le spectateur pouvait l'appréhender depuis plusieurs angles différents. Elle pouvait surgir d'un ensemble d'idées condensées, des scénarios ou du texte, ou aussi à partir des relations visuelles et formelles établies »[4].

En 2008, Gillick fut chargé de représenter l'Allemagne à la Biennale de Venise l'année suivante. Le projet qu'il présenta s'intitulait Comment réagiriez-vous? Un chat de cuisine parle (How are you going to behave? A kitchen cat speaks) (2009). Un ensemble de banderoles en plastique de différentes couleurs tombaient sur l'entrée principale du pavillon allemand. À l'intérieur, une simple cuisine modulaire en pin créait un contraste absolu avec l'édifice imposant. L'espace représentait la « cuisine de Francfort », créée au milieu des années 1920 par l'architecte et activiste antinazie Margarete Schütte-Lihotzky. Dix mille de ces cuisines prototypes de la cuisine moderne encastrée, furent installées dans des logements sociaux de Francfort à la fin de cette décennie. Dans l'installation de Gillick, un chat empaillé était perché sur l'un des placards, faisant mine de parler en adoptant la voix de l'artiste; Gillick introduisait ainsi un élément narratif sans suggérer de présence surnaturelle ou spirituelle. L'idée de cette œuvre lui vint après avoir passé des mois assis dans sa cuisine, son studio improvisé, avec le chat de son fils essayant de le distraire en permanence. L'oeuvre Comment réagiriez-vous? Un chat de cuisine parle fut présentée au Kunst- und Ausstellungshalle der Bundesrepublik Deutschland de Bonn en 2010 et incorporée en 2011 à la Collection du Musée Guggenheim Bilbao.

1. Hans Ulrich Obrist, entretien avec Liam Gillick, Domus, Octobre 2006, p. 111.
2. Id., p. 113.
3. Liam Gillick, Prevision: Should the Future Help the Past? (Paris: ARC Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, 1998).
4. Obrist, entretien avec Gillick, p. 117.

Liam Gillick

Comment vous conduirez-vous ? Un chat de cuisine parle (How are you going to behave? A kitchen cat speaks), 2009

Bois, lampes, chat empaillé, texte, rideau, reproducteur MP3

Dimensions variables

Donation de l’artiste, avec la généreuse collaboration de Casey Kaplan Gallery, New York, et Esther Schipper, Berlin
Guggenheim Bilbao Museoa

×