Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de cookies.

Circino XXXVII

Tout au long de ses presque soixante-dix ans de carrière artistique, Pablo Palazuelo développa une forme très personnelle d'abstraction géométrique inspirée des enseignements ésotériques, la Kabbale, la philosophie orientale et les mathématiques et les sciences. À l'instar du sculpteur Eduardo Chillida, dont il devint ami lorsqu'il s'installa à Paris en 1948, Palazuelo commença à étudier l'architecture avant de choisir de se consacrer complètement à la peinture en 1939. (Plus tard, il s'aventura également dans les trois dimensions et réalisa des sculptures à partir de 1954). Dans les années 1940, il reçut des influences de l'abstraction de Paul Klee et, au début des années 1950, inspiré par la lecture de la théosophie et des textes hermétiques sur les rapports entre les nombres et le sacré ou le psychique, et la correspondance entre les sons et les couleurs, il se consacra au langage des formes géométriques. Pour Palazuelo, la géométrie se trouve à l'origine de la vie et constitue le processus le plus ingénieux permettant de voir des structures occultes, des formes nouvelles possibles et la métamorphose d'une forme en une autre.

En 2002, Palazuelo commença à travailler avec des formes ovales dans sa série Circino, dont le titre vient du verbe latin qui signifie faire un cercle. Les formes courbes d'œuvres telles Circino XXXVI et XXXVII (toutes deux de 2003), appartenant à la Collection du Musée Guggenheim Bilbao, suggèrent un état de changement et de transformation. La palette réduite est également significative : Palazuelo utilisait le noir et le blanc pour exprimer des énergies se faisant face. Il essayait de transmettre la tension maximum entre la lumière plus claire et l'obscurité plus opaque, une bipolarité aux inévitables connotations symboliques et alchimistes.

Source : 
Kevin Power. Pablo Palazuelo. Dans Colección del Museo Guggenheim Bilbao. Bilbao : Guggenheim Bilbao Museoa ; Madrid : TF Editores, 2009.

Pablo Palazuelo

Circino XXXVII, 2003

Huile sur toile

183,5 x 147,5 x 3,5 cm

Guggenheim Bilbao Museoa

×