Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de cookies.

Ambroisie

Dans les années qui suivirent la II Guerre Mondiale, en Europe comme aux États-Unis, on vit s'installer une peinture principalement abstraite, qui s'intéressait aux matières et à la mise en forme expressive et gestuelle de la toile. Cette tendance prit aux États-Unis le nom d'Expressionnisme abstrait, alors qu'en Europe, elle fut baptisée comme Art informel (littéralement « art sans forme »). Le peintre espagnol Antoni Tàpies fut identifié avec une variante de ce dernier appelée Tachisme, dérivé du mot français tache, à cause de la richesse des textures et des superpositions de couleur qui semblaient se produire de manière fortuite sur ses toiles.

Dans ses « peintures matiériques », qu'il commença à réaliser au milieu des années 1950, Tàpies remettait en valeur les matières naturelles sobres comme le sable et la paille, et les déchets laissés par l'homme comme les cordes et les bouts de tissu, entre autres. En attirant l'attention sur la matière non-transcendante, il suggérait que la beauté pouvait se trouver dans les endroits les plus insoupçonnés. Pour Tàpies, ses œuvres étaient des objets de réflexion, que chaque spectateur interprèterait selon sa propre expérience. Tàpies disait : « Ce que j'essaie de faire, c'est de créer des images qui conduisent le spectateur à considérer la réalité de façon plus contemplative ». Bien qu'Ambroisie (Ambrosia) appartienne à une étape postérieure de l'œuvre de Tàpies, elle fait partie d'une période où l'artiste récupéra ses premières techniques et reflète les processus et les thèmes qui ont perduré tout au long de son œuvre. Cette œuvre immense, comme beaucoup de ses peintures matiériques, rappelle un mur détérioré par le temps et l'intervention humaine. La surface gris-blanc, rugueuse et crevassée, faite de poudre de marbre blanc et mélangée à un pigment, que l'artiste altérait en ajoutant de la peinture et en grattant la surface, fait penser à un mur en béton couvert de graffitis. Le titre, qui apparaît sur la peinture, fait référence au nectar légendaire (ambroisie) des dieux grecs qui rendait soi-disant immortel quiconque en consommait. Tàpies a souvent exprimé son souhait de voir son art transmettre ce pouvoir spirituel et bénéfique. Cette allusion peut aussi refléter sa croyance dans le pouvoir transformateur des choses les plus humbles et les plus quotidiennes.

Antoni Tàpies

Ambroisie (Ambrosia), 1989

Technique mixte sur toile

200 x 600 cm

Guggenheim Bilbao Museoa

×