Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de cookies.

Brancusi - Serra

8 octobre 2011 – 15 avril 2012

« La simplicité est la complexité résolue »1. Constantin Brancusi

Constantin Brancusi (Hobita, Roumanie, 1876-Paris, 1957) a su s'écarter de nombreuses conventions de la sculpture. Élève pendant un mois de Rodin (1840-1917) en 1907, il déclare en quittant l'atelier de ce dernier : « Il ne pousse rien à l'ombre des grands arbres ». Alors que Rodin emploie une nuée d'assistants pour fondre ou tailler ses sculptures, Brancusi préfère créer les siennes de ses propres mains, établissant ainsi un lien intime avec le matériau, le plus souvent au travers de la taille directe.

Une de ses pièces les plus connues, Le Baiser, représente un homme et une femme enlacés dans un baiser. Dans ce bel exemple d'unité et dualité, les deux figures se fondent en une seule qui surgit d'un unique bloc de matière. Les figures sont raccourcies à la poitrine et les corps fragmentés directement posés sur le sol. Dans les successives déclinaisons de ce sujet, les profils se rapprochent progressivement jusqu'à la fusion des yeux qui laissent place à un œil unique. La première des nombreuses versions du Baiser, de 1907-08, a été réalisée en plâtre et celle qui nous occupe, de 1916, est en pierre calcaire. Ici, les bras sont plus plats, les corps plus allongés et la chevelure apparaît plus linéaire que précédemment2.

Exemple de taille directe, Le Baiser illustre bien la profonde connaissance des propriétés du matériau qu'a l'artiste3. Aucune de ces versions n'est d'ailleurs basée sur un modèle préparatoire car chacune obéit à la nature intrinsèque du matériau dans lequel elle a été élaborée.

Brancusi considérait Le Baiser comme un tournant dans sa trajectoire artistique. Certains affirment que ceci est dû au fait que la pièce fut taillée directement, mais d'autres soutiennent que c'est son infinitude ou son « unité sans fissure » qui explique cette considération, car « l'œuvre et son image sont une, entièrement contenues dans le bloc de pierre »4. Il se peut aussi que Brancusi ait pensé que cette pièce l'avait conduit à la sculpture de figures partielles ou de fragments, torses ou têtes seuls, sans le reste du corps, qui a également signifié un éloignement révolutionnaire de sculpteurs comme Rodin5.

Brancusi est parvenu à l'unité non seulement en taillant des blocs massifs de matière, mais aussi en combinant des éléments artistiques disparates. « La beauté est l'harmonie des opposés »6, a-t-il d'ailleurs déclaré, résolvant ainsi quelques-unes des tensions que présente son œuvre par rapport à l'histoire de l'art. Les tensions entre le préhistorique et le classique, entre le moderne et le traditionnel, entre l'abstrait et le figuratif7 sont perceptibles dans son approche artisanale de la taille directe combinant le recours aux lignes classiques et l'abstraction moderne de la forme. Ses sculptures fondent ensemble tous ces éléments.

1 Giménez, Carmen et Gale, Matthew, éds. Constantin Brancusi : The Essence of Things, p. 19. Cat. expo. Londres : Tate, 2004.
2
Fondation Beyeler et Musée Guggenheim Bilbao, Brancusi Serra, p. 56.
3
Stemp, Richard. Constantin Brancusi : The Essence of Things. Teacher and Group Leaders' Kit. Londres : Tate Modern, 2004.
4
Parigoris, Alexandra, in Giménez, Carmen et Gale, Matthew, éds. Constantin Brancusi : The Essence of Things, p. 52. Cat. expo. Londres : Tate, 2004.
5
Giménez, Carmen et Gale, Matthew, éds. Constantin Brancusi : The Essence of Things, p. 52. Cat. expo. Londres: Tate, 2004.
6
Stemp,Richard. Constantin Brancusi : The Essence of Things. Teacher and Group Leaders' Kit. Londres : Tate Modern, 2004.
7
Giménez, Carmen et Gale, Matthew, éds. Constantin Brancusi : The Essence of Things, p. 19. Cat. expo. Londres : Tate, 2004.

  • Observez avec vos élèves Le Baiser (1916) de Constantin Brancusi. Demandez-leur ce qu'ils voient dans la pièce. Demandez-leur de décrire ce qui passe dans la sculpture : que font les deux figures ? De quelle façon, qui les rend différentes d'autres sculptures qu'ils ont pu voir, l'artiste a-t-il représenté ces deux figures ?
  • À leur avis, comment serait la sculpture au toucher s'ils pouvaient la toucher ? Demandez aux élèves de décrire le matériau. Expliquez-leur que de nombreux édifices du Paris de la fin du XIXe siècle et du début du XXe ont été construits en pierre calcaire et que ce matériau s'utilise en architecture depuis beaucoup plus longtemps : son emploi dans les pyramides égyptiennes est fameux [si possible, montrez-leur un fragment de calcaire]. Bien que la pierre calcaire soit un matériau humble, bon marché et très répandu dans la construction, pour Brancusi il avait une qualité « réelle » car il est direct et brut. Dans nombre de ses créations, l'artiste s'est intéressé au contraste entre cet aspect grossier (ou qualité archaïque) et la sophistication du poli des bronzes ou des marbres. Que voient vos élèves dans la façon dont Brancusi traitait la pierre calcaire ?
  • Brancusi a travaillé pour Rodin pendant un mois avant de s'établir à son compte. Comparez Le Baiser de Brancusi au Baiser de Rodin de 1901-04. De l'avis des élèves, qu'a pu prendre Brancusi de Rodin ? Contre quoi, selon eux, s'est-il rebellé ? Demandez-leur d'écrire une conversation entre le maître, Rodin, et son disciple avant que Brancusi ne monte son propre atelier.
  • Brancusi faisait souvent de brèves déclarations ou aphorismes sur son œuvre et sur l'art en général. Demandez aux élèves de débattre sur Le Baiser en prenant comme point de départ la phrase de Brancusi : « La beauté est l'harmonie des opposés ».

En réponse aux artistes

  • Brancusi admirait Rodin et son œuvre renferme une réponse à celle du maître. Richard Serra, l'autre sculpteur dont les pièces sont présentées dans cette exposition, admirait pour sa part Brancusi et son travail constitue également en partie une réponse au sculpteur roumain. Au cours de cette activité, les élèves créeront une œuvre qui constitue une réponse au travail de Brancusi, Serra ou Rodin. Ils commenceront en choisissant au moins trois pièces de l'un de ces artistes et en écrivant une liste de termes qui décrivent ce qu'ils peuvent y voir et/ou ce qui les intéresse d'elles. Ensuite, ils s'inspireront de ces mots pour un dessin. Si possible, il conviendrait de visiter des sculptures de l'artiste et d'effectuer des dessins avec leurs observations. Une fois qu'ils auront terminé leurs dessins, demandez-leur de réfléchir sur la façon dont les dessins répondent aux sculptures. Ils doivent écrire une phrase, en tant qu'artistes, décrivant ce qui les a inspiré du créateur choisi. S'ils pouvaient réaliser une sculpture en réponse à l'œuvre de cet artiste, quel aspect aurait-elle ?

Aphorismes

  • Brancusi a écrit de nombreux aphorismes sur son œuvre et l'art en général. Ces phrases brèves se proposent d'exprimer en peu de mots une vérité essentielle. Au cours de cette activité, les élèves doivent choisir un aphorisme dans une liste et écrire une rédaction exposant leurs réflexions sur l'aphorisme choisi. Pour rédiger leur texte, ils peuvent utiliser les réponses aux questions suivantes :
  • Êtes-vous d'accord ou non avec l'affirmation de Brancusi ?
  • Dans quel aspect de l'œuvre de Brancusi peut-on constater cette affirmation ?
  • Dans quel aspect en général peut-on vérifier cette affirmation ?

Aphorismes :
« La simplicité est la complexité résolue »1.
« La beauté est l'équité absolue ».
« Des imbéciles disent que mon œuvre est abstraite ; ce qu'ils appellent abstrait est le plus réaliste, parce que ce qui est réel n'est pas la forme extérieure, mais l'idée, l'essence des choses ».
« La beauté est l'harmonie des opposés ».
« L'art consiste à créer des choses qui ne nous sont pas familières ».
« Si nous nous limitons à une reproduction exacte, nous arrêtons l'évolution de l'esprit »2.
« Il ne pousse rien à l'ombre des grands arbres ».
« La simplicité n'est pas un but dans l'art, mais on arrive à la simplicité malgré soi en s'approchant du sens réel des choses »3.
« Le plus grand bonheur est le contact entre notre essence et l'essence éternelle ».
« Quand nous ne sommes plus enfants, nous sommes déjà morts ».
« Voir à grande distance est une chose ; y aller est bien différent ».
« Il n'est pas mauvais d'être intelligent, mais être honnête vaut la peine ».
« Les théories sont des échantillons sans valeur. Ce n'est que l'action humaine qui compte »4.
« Il y a une finalité dans chaque chose. Pour y parvenir, chacun doit se libérer de soi »5.

La taille

  • Brancusi a créé nombre de ses pièces par taille directe, une méthode de sculpture qui implique moins de planification et une plus grande spontanéité en l'absence de modèles et de maquettes préalables. Dans la taille directe, le sculpteur travaille la pièce de mémoire ou tout en observant son sujet. Cette activité va donner à vos élèves l'occasion d'explorer la taille directe.
  • Même les élèves les plus jeunes peuvent participer aux activités en rapport avec la taille. Il existe des matériaux et des outils adaptés à eux : savonnettes, cire, plâtre (mélangés à de la vermiculite pour que la taille soit plus simple) ou bois de balsa. Les élèves plus âgés peuvent expérimenter avec la taille sur pierre en utilisant de la pierre ponce ou de l'albâtre. Les matériaux les plus tendres, comme le savon ou la cire, peuvent être travaillés avec des outils en plastique et des ustensiles en céramique, mais les plus durs, comme le bois ou la pierre exigent des outils métalliques que seuls peuvent employer les élèves les plus âgés, qui peuvent s'en servir de façon sûre.
  • Les élèves peuvent reproduire leur dessin sur toutes les faces du bloc de matériau et ensuite travailler en retirant de la matière, ou alors essayer de recréer la forme d'un objet qu'ils observent tout en sculptant. Ils pourront adoucir ou polir la surface au papier émeri ou similaire. Sur la photographie de son atelier prise par Brancusi, on peut voir - surtout dans la pièce L'Enfant au monde : groupe mobile(1917) - comment l'artiste dessinait aussi à la craie sur les blocs de bois avant de les tailler ensuite directement.

1 Giménez, Carmen et Gale, Matthew, éds. Constantin Brancusi : The Essence of Things, p. 19. Cat. expo. Londres : Tate, 2004.
2 Stemp, Richard. Constantin Brancusi : The Essence of Things. Teacher and Group Leaders' Kit. Londres : Tate Modern, 2004.
3 Constantin Brancusi : The Essence of Things. Brochure. Londres : Tate Modern, 2004.
4 Giménez, Carmen et Gale, Matthew, éds. Constantin Brancusi : The Essence of Things, p. 130. Cat. expo. Londres : Tate, 2004.
5 Fondation Beyeler et Musée Guggenheim Bilbao, Brancusi Serra, Cat. expo.,p. 18.

 

×