Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de cookies.

Claes Oldenburg : Les années soixante

30 octobre 2012 – 17 février 2013

Thèmes | Monuments

|

Projet du monument colossal le Central Park nord, New York – Ours en peluche (Proposed Colossal Monument for Central Park North, N.Y.C. – Teddy Bear), 1965
Crayon et aquarelle sur papier
60,6 x 47,9 cm
Whitney Museum of American Art, New York
Don de l’American Contemporary Art Foundation, Inc., Leonard A. Lauder, President
© Claes Oldenburg

« Créer des monuments dans une nouvelle ville signifie utiliser cette ville comme atelier ». ––Claes Oldenburg (1)

Selon Oldenburg, l’idée pour sa série de monuments lui est venue en voyant apparaître devant lui la silhouette de Manhattan pendant un trajet en taxi. « Comme il serait agréable d’avoir un grand lapin, plus ou moins de la taille d’un gratte-ciel du centre-ville », se souvient-il avoir pensé. « Voir ses oreilles depuis la banlieue réjouirait les gens » (2). Son aquarelle d’un gigantesque ours en peluche à Central Park, Projet de Monument Colossal pour la zone nord de Central Park, New York – Ours en peluche (Proposed Colossal Monument for Central Park North, N.Y.C.: Teddy Bear), de 1965, a donné une forme concrète à ce type de vision surréaliste.

De même que les rues de la ville avaient transformé son atelier à l’occasion du projet La Rue, maintenant c’est son atelier qui allait transformer la ville. « Créer des monuments dans une nouvelle ville signifie utiliser cette ville comme atelier », a-t-il déclaré, et, en principe, New York était une ville spéciale : « New York était ma ‘pièce’ préférée, mon plus grand jouet. Je créais des jouets pour elle, pour ma ville parmi toutes les villes » (3).

Il baptise ces nouvelles œuvres « monuments », même si, d’un point de vue technique, elles ne répondent pas à cette définition puisqu’elles ne remplissent pas une fonction commémorative. « C’était un mot d’usage courant pour désigner quelque chose de grand », a-t-il signalé. « Quand, plus tard, j’en ai cherché le sens, je me suis rendu compte que ‘monument’ renvoie plutôt à une espèce de lieu commémoratif. Mais au départ je ne l’avais pas compris comme ça » (4). À la différence des monuments, ces œuvres ne sont ni historiques ni politiques, du moins apparemment, mais fonctionnent plutôt comme des satires de la banalité et de l’absurdité de la vie américaine. Une des sources d’inspiration des œuvres fut le défilé du Jour d’Action de Grâce des magasins Macy’s : avec ses énormes ballons représentant des héros de BD américains flottant dans le ciel, se découpant sur la silhouette de la ville, le défilé illustrait pleinement les absurdes aspects commerciaux de l’identité nationale américaine (5).

Par ailleurs, l’inspiration pour le dessin Proposition tardive pour le concours d’architecture du Chicago Tribune de 1922 : Pince à linge (Version Un) [Late Submission to the Chicago Tribune Architectural Competition of 1922: Clothespin (Version One), 1967] lui est venue au cours d’un vol à Chicago. Il portait sur lui une pince à linge utilisée pour tenir les fragments de toile de ses sculptures dans son atelier (6). En prenant la pince et en la tenant face à la vue des gratte-ciel de Chicago par le hublot, il a déclaré avoir perçu une « certaine allure gothique » dans sa forme qui l’a conduit à l’imaginer à la place de la Chicago Tribune Tower sur Michigan Avenue (7). Le titre du dessin laisse à penser qu’il s’agit d’une proposition, récemment redécouverte, présentée au célèbre concours organisé en 1922 pour construire la Tribune Tower. À l’époque, le concours reçut de nombreuses propositions qui se situaient à mi-chemin entre l’architecture et la sculpture.

Le dessin d’Oldenburg proposait que l’intérieur des « pieds » de l’édifice soit habillé de verre bleu et que les extrémités des « ressorts » de la pince à linge fonctionnent comme des restaurants vitrés. Les couloirs de l’édifice auraient émis divers sons produits par le vent en les traversant (8). En 1976, Oldenburg eut l’occasion de voir combien sa vision d’un monument en forme de pince à linge se matérialisait au centre de Philadelphie, tout près de Centre Square, avec l’installation d’une Pince à linge en acier patinable de quasiment 14 m de hauteur (9).

1. Hochdörfer, Achim, et Barbara Schröder (éditeurs), Claes Oldenburg : les années soixante. Bilbao: Guggenheim Bilbao Museoa ; Munich: Delmonico Books, 2012, p. 182.

2. Jörg Wolfert, brochure de l’exposition Claes Oldenburg: The Sixties, version anglaise, traduction Cynthia Hall, Vienne : Museum Moderner Kunst Stiftung Ludwig Wien, 2012, p. 14.

3. Hochdörfer et Schröder, op.cit., p. 179.

4. Ibid.

5. Jörg Wolfert, op. cit., p. 14.

6. Claes Oldenburg et Coosje van Bruggen, Large-Scale Projects, New York: The Monacelli Press, 1994, p. 234.

7. Ibid.

8. Ibid., p. 233.

9. Ibid., p. 235.

Observez ensemble le dessin Proposition tardive pour le concours d’architecture du Chicago Tribune de 1922 : Pince à linge (Version Un) (1967). Qu’y perçoivent les élèves ? Il se peut qu’ils parviennent à identifier l’objet comme une pince à linge, mais demandez-leur d’approfondir les détails. Sous quelle perspective voient-ils la pince à linge ? Que voit-on à l’arrière-plan ? 

Que remarquent-ils par rapport à la forme de pince à linge ? Leur rappelle-t-elle quelque chose ? Comment Oldenburg donne-t-il au dessin une sensation d’échelle ? 

Dans ce dessin, la pince devait être vue comme un édifice dans une ville. Comparez le dessin de ce bâtiment à celui d’un gratte-ciel. Demandez aux élèves de s’imaginer en train de se déplacer en son intérieur. Oldenburg a imaginé que les « ressorts » de la pince serviraient de restaurant et les « trous » de couloirs sonores sous l’effet du vent. Pour les élèves, s’agit-il d’un bon design pour un édifice ? Pourquoi oui ou pourquoi non ? 

Réfléchissez ensemble sur le titre du dessin. Pourquoi à leur avis a-t-il choisi ce titre ? Expliquez-leur qu’Oldenburg a conçu ce dessin comme s’il s’agissait d’une proposition pour un célèbre concours organisé en 1922 pour construire l’immeuble du Chicago Tribune. À leur avis, qu’auraient pensé de sa proposition les membres du jury ? Comparez-la au bâtiment qui a été finalement construit en 1922.

Examinez l’arrière-plan du dessin. Le détail en haut en gauche représente la mosquée et le minaret qui existent sur le gratte-ciel autrefois connu comme le Medinah Club (aujourd’hui l’hôtel Intercontinental), au nord de l’immeuble du Tribune. Selon les élèves, pourquoi Oldenburg a-t-il décidé d’incorporer ce détail et en revanche d’en écarter d’autres ? 

Oldenburg s’intéressait beaucoup à la forme et à ce que lui rappelaient différentes formes, indépendamment de l’échelle. De fait, il a comparé la pince à linge à un gratte-ciel de style gothique. Lorsqu’il a finalement construit la sculpture de la pince pour Philadelphie, celle-ci a été comparée à l’œuvre de Constantin Brancusi (1876–1957) Le Baiser (Le Baiser), de 1916, qui est conservée au Philadelphia Museum of Art (1). Que pensent les élèves de cette comparaison ? Pensent-ils pour leur part à autre chose à laquelle comparer le dessin ? 

1. Ibid., p. 235.

Monuments

Le dessin de la pince à linge est lié aux monuments d’Oldenburg : des œuvres dans lesquelles l’artiste s’empare d’objets quotidiens pour les détourner et leur donner une fonction entièrement différente comme monument. Demandez aux élèves ce qu’ils pensent de la définition de monument : une statue, un bâtiment ou une autre structure dressée pour commémorer une personne ou un évènement exceptionnel. Pour les élèves, ce dessin répond-il à cette définition ? Observez et comparez d’autres images de monuments familiers à ceux d’Oldenburg.

Dans cette activité, les élèves créeront un monument en se servant d’Oldenburg comme inspiration. Ils penseront d’abord à une personne ou à un évènement exceptionnel qu’ils aimeraient commémorer. Cette personne ou cet évènement peut être personnel ou, au contraire, être important pour toute la communauté.

Chaque élève devra réaliser l’esquisse d’un monument qu’il aimerait proposer en précisant dans sa proposition l’endroit où installer le monument, sa taille, les matériaux et l’inscription qui l’accompagnera. Les élèves peuvent aussi construire une maquette à petite échelle de leur dessin en utilisant le matériel existant en classe.

Puis les élèves présenteront leur proposition à leurs camarades et commenteront le processus suivi pour sélectionner une personne ou un évènement et élaborer une proposition. Qu’est-ce qui fait de chaque proposition un monument ? En quoi ces propositions ressemblent-elles ou se distinguent-elle du dessin d’Oldenburg ? 

Concours de design

En 1922, le Chicago Tribune, principal journal de Chicago, organisa un concours international de design pour son nouveau siège, doté de 100 000 dollars en espèces comme prix pour « l’immeuble de bureaux le plus beau du monde ». Les propositions affluèrent du monde entier (1). Quarante-cinq ans ans plus tard, Oldenburg eut l’idée de créer sa « proposition tardive » pour le concours d’architecture le plus célèbre du XXe siècle.

Au cours de cette activité, les élèves vont créer leurs propres « propositions tardives ». À leur avis, quel serait « l’immeuble de bureaux le plus beau du monde » ? Débattez avec les élèves de la forme en opposition à la fonction. Ils doivent réfléchir à la correspondance entre le design et le but de l’édifice, mais aussi à l’aspect esthétique de la construction. La tour Tribune Tower, par exemple, est néogothique dans sa forme, mais d’autres propositions peuvent être vues. Chaque proposition doit être composée d’un dessin et d’un paragraphe expliquant le choix des matériaux et la fonction de l’édifice.

Demandez aux élèves de présenter leurs propositions à la classe et de répondre aux questions. Comparez les différentes versions choisies. Dans quel immeuble de bureaux préfèreraient-ils travailler et pourquoi ? 

1. Tribune Tower competition, Chicago Tribune, 10 juin 1922.

 

VOCABULAIRE

Commémoratif : qui garde le souvenir ou rend hommage à un évènement ou à une personne.

Néogothique : appartenant ou relatif à un style architectural inspiré de l’art gothique médiéval.

Monument : statue, construction ou toute autre structure érigée pour commémorer une personne ou un évènement exceptionnel.

Satire : œuvre dans laquelle l’humour, l’ironie, l’exagération ou le sarcasme sont utilisés pour souligner et critiquer le vice ou le manque de bon sens, en particulier dans le contexte de la politique contemporaine et autres questions d’actualité.

 

RESSOURCES SUR LA TOILE

Pour en savoir plus sur les monuments d’Oldenburg : 

Chinati Foundation, Monument au dernier cheval (Monument to the Last Horse, 1991)
Université de Yale, art public à Yale, Tube de rouge à lèvres (ascendant) sur engin à chenilles [Lipstick (Ascending) on Caterpillar Tracks, 1969–74]

Pour en savoir plus sur les monuments dans le monde entier : 

Nations Online Project, les monuments les plus célèbres
World Monuments Fund

Pour en savoir plus sur le concours de la Tribune Tower : 

Tribune Tower competition, The Chicago Tribune, 10 juin 1922

 

BIBLIOGRAPHIE

Claes Oldenburg: The Sixties, vidéo sur YouTube, 2 minutes, 52 secondes, placée par le mumokvienna le 14 mars 2012

Hochdörfer, Achim et Barbara Schröder (éditeurs), Claes Oldenburg: les années soixante. Bilbao : Guggenheim Bilbao Museoa ; Munich : Delmonico Books, 2012.

Jörg Wolfert, brochure de l’exposition Claes Oldenburg: The Sixties, version anglaise, traduction Cynthia Hall. Vienne : Museum Moderner Kunst Stiftung Ludwig Wien, 2012.

Oldenburg, Claes. Claes Oldenburg. Londres : The Arts Council of Great Britain, 1970.

Oldenburg, Claes, et Coosje van Bruggen. Large-Scale Projects. New York : The Monacelli Press, 1994.

Tribune Tower competition, Chicago Tribune, 10 juin 1922.

Van Bruggen, Coosje. Claes Oldenburg : Mouse Museum/Ray Gun Wing. Cologne : Museum Ludwig, 1979.

×