Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de cookies.

Yoko Ono. Half-A-Wind Show. Rétrospective

14 mars 2014 – 4 septembre 2014

Thèmes | L’idée dans l’œuvre d’art

|

Pomme (Apple), 1966

Pomme sur socle en plexiglas avec plaque de laiton. Inscription gravée : POMME

« L’idée »” est ce qu’apporte l’artiste, comme un caillou jeté dans l'eau pour les ondes qui se forment. L’idée est l’air ou le soleil, tout le monde peut s’en servir et s’en nourrir selon sa propre taille et la forme de son corps… La peinture à base d’instructions rend possible d’explorer l’invisible, le monde au-delà du concept de temps et d’espace existant. Et alors parfois plus tard les instructions elles-mêmes disparaîtront et seront dûment oubliées. Yoko Ono. 1

L’œuvre de Yoko Ono (Tokyo, 1933) est basée sur le langage, la musique et la philosophie. Ono entend l’art comme une idée et souvent ce sont des mots ou des instructions verbales qui mettent en marche une trame d’actions qui sont, tant pour l’artiste que pour le spectateur, une source d’interrogations et de réflexions sur la vie et sur l’existence.

En 1962, elle présente Instructions pour faire des tableaux (Instructions for paintings), des instructions proposant une série d’actions physiques ou mentales à réaliser par le spectateur. Avec elles il apparaît que la peinture peut être séparée en deux grandes fonctions : les instructions et la réalisation. Au lieu de présenter la peinture comme quelque chose d’abouti, les visiteurs sont encouragés à intervenir afin de compléter l’œuvre d’art. Le spectateur est invité, par exemple, à marcher sur la peinture dans Peinture pour marcher dessus (Painting to Be Stepped On, 1960 hiver), ou à jeter de l’eau dans Tableau goutte d’eau (Waterdrop Painting, 1961 automne)2. L’art exige que le public prenne part à son développement, car, loin d’être quelque chose de statique il est transformation, changement et réflexion.

En 1964, Ono publie Grapefruit. A book of Instructions and Drawings (édition bilingue, traduit de l’anglais par Christophe Marchand-Kiss : Pamplemousse, ouvrage dans lequel elle répertorie des instructions pour faire des compositions musicales, des tableaux et des actions pensées pour apporter une expérience sonore, visuelle ou physique dans la vie quotidienne et pour que celle-ci se reflète dans nos actes quotidiens. Dans les instructions, Ono met en jeu une grande diversité de ressources linguistiques « qui tendent vers des formes minimales et mettent l’accent sur le son des mots ainsi que sur leur forme et leur longueur, dans une claire familiarité avec le haïku japonais ». Maniant parfois l’absurde et l’humour, elle s'appuie aussi sur sa formation musicale et ses études premières de philosophie.3

Instructions pour faire des tableaux (Instructions for paintings) a marqué le développement de l’art Conceptuel au milieu des années 60, pour lequel l’objet d’art en lui-même peut être remplacé par son idée. C’est le processus même de création qui est mis en valeur et le langage écrit ou parlé, les mathématiques ou la numérologie sont incorporés au domaine artistique.4

Yoko Ono matérialise parfois ses idées dans objets sculpturaux aux formes simples, produits industriellement, et dans lesquels est éliminée toute trace d’émotion, ce qui rapproche son travail de la sculpture minimaliste. Dans le cas de Pomme (Apple, 1966), l’œuvre est formée d’une pomme posée sur un socle en plexiglas sur lequel nous pouvons lire l’inscription gravée dans le laiton “apple”. Pour l’art conceptuel, l’idée et l’objet artistique sont la même chose, dans une élimination de la rencontre perceptive avec des objets uniques en faveur de l’idée. Cependant, le fait de juxtaposer une idée et l’élément visuel, loin de l’affaiblir, dynamise l’image en démultipliant sa puissance poétique.5

Par ailleurs, l’emploi d’objets courants de la vie quotidienne rappelle la démarche du ready–made ou objet trouvé de Marcel Duchamp (Blainville-Crevon, France, 1887–Neuilly-sur-Seine, France, 1968) qui a su transformer des objets quotidiens en œuvres d’art en les sortant de leur contexte. Ono propose des expériences dans lesquelles nous sommes constamment poussés à participer, parfois au moyen d’une action, parfois, comme dans Pomme, 1966, à travers la réflexion. Ce type d’œuvres invite à un retour sur soi en quête de nos désirs intimes de calme et de connaissance de nous-mêmes.

En 1988, elle réalise une version de Pomme, en bronze dans un mouvement de solidification de la pomme fraîche.6 Le bronze, matériau qu’Ono évitait dans les années soixante, prend de l’importance à partir des années 80 quand elle commence à y recourir pour refléter l’état social et psychologique de l’époque. L’emploi du bronze traduit le désir de l’artiste de mettre en jeu le poids et le pouvoir de solidification d’un matériau en contraste avec la frivolité et le goût de l’éphémère de notre ère matérialiste.7

  1. Alexandra Munroe. « Spirit of YES: The Art and Life of Yoko Ono ». Cat. exp. YES YOKO ONO dans la Japan Society Gallery, New York, (18 oct. 2000–14 fév. 2001), p. 22.
  2. Ibid. P. 21.
  3. Ingrid Pfeiffer. « Bringing the World into Balance ». Cat. Exp. Yoko Ono. Half. A. Wind show. A Retrospective. Musée Guggenheim Bilbao, (14 mars 2014–31 août 2014), pp. 27-28.
  4. Munroe. « Spirit of YES: The Art and Life of Yoko Ono ». pp. 24-25.
  5. Ibid.,p. 31.
  6. Achille Bonito Oliva. « The Interactive Field of Art ». Cat. Exp. YES YOKO ONO dans la Japan Society Gallery, New York, (18 oct. 2000–14 fév. 2001), p. 259
  7. Ibid. p. 251.

Observez l’œuvre Pomme (Apple, 1966) et décrivez-en les éléments.

La pomme est un fruit très suggestif présent dans une foule d'anecdotes, de contes, d’œuvres d’art, de designs, etc. Essayez d’en trouver un exemple.

Avec quel type d’idées associe-t-on habituellement la pomme ? Si vous deviez utiliser une pomme comme image d’un slogan, quel type d’idées exprimeriez-vous avec la pomme ? Pourquoi ? Quel serait le slogan ? 

Observez le socle sur lequel repose la pomme. Avec quel type de matériau est-il réalisé ? Décrivez ses caractéristiques. En quoi l’œuvre changerait-elle si, au lieu d’un socle, Ono avait placé la pomme sur une table ? 

Ono a apposé une plaque avec l’inscription « apple » dessus. Qu’apporte de nouveau la plaque avec son inscription à la sculpture ? 

Confectionnez une liste des valeurs ou de caractéristiques que doit avoir, à votre avis, une œuvre d’art.

Instructions Expérimenter l’école d’une autre façon

  1. Demandez à vos élèves d’écrire de brèves poèmes, comme des haïkus, en utilisant des mots récurrents dans l’imaginaire de Yoko Ono comme IMAGINEZ, VOLEZ, TOUCHEZ, RESPIREZ, OUBLIEZ, OUI, RÊVEZ, OUVREZ, ATTEIGNEZ, SENTEZ ou SOUVENEZ-VOUS.Placez les poèmes sur une table à l’entrée de l’école pour que les enfants et le personnel de l’établissement puissent y accéder, les lire et peut-être les “interpréter” pendant un jour de classe.
  2.  Projetez une image de la façade ou d’un endroit représentatif de l’école sur un papier au mur.Demandez aux élèves de peindre avec des temperas, au fusain ou avec des cires sur la projection afin de modifier l’école et obtenir une école à leurs yeux meilleure. Une fois l’action terminée, éteignez la projection et observez le résultat. Commentez l’expérience de cette peinture collective et de quelle façon la peinture représente les désirs de vos élèves.
  3. Couvrez l’une des fenêtres de la classe avec une toile opaque et faites un trou au milieu. Demandez à vos élèves de regarder à travers lui. Pendant qu’ils regardent à travers le trou, demandez-leur de dessiner quelque chose qu’ils voient en ce moment sur un morceau de papier. Une fois que tous auront réalisé l’action, retirez la toile et couvrez la fenêtre avec les dessins réalisés pour obtenir une vue démultipliée et fragmentée de l’extérieur.
  4. Pendant une semaine, placez deux morceaux de papier faisant fonction de colonnes à l’entrée de la classe et écrivez l’instruction suivante :Ecris ce que tu aimes de l’école sur la colonne gauche et ce que tu n’aimes pas sur la colonne droite.Laissez un feutre ou un stylo-bille dans un endroit accessible pour que tant les enfants que les enseignants et le personnel de l’école puissent écrire leurs idées. À la fin de la semaine, commentez les contributions à la fresque murale.Le résultat de cette action collective peut servir à réfléchir sur les bons côtés de l’établissement et à essayer de modifier les aspects négatifs.


Un Readymade

Demandez à chacun de vos élèves de choisir un objet quelconque de l’école pour créer une sculpture. Ensemble ils vont décrire et noter les qualités de chaque objet. Comment le voient-ils maintenant ? Comment pourraient-ils regrouper les objets ? Demandez-leur d’ordonner les objets de diverses façons selon un thème ou une idée choisi.
Pensez à l’organisation d’une exposition. Comment les distribueraient-ils ? Utiliseraient-ils des socles ? Pourquoi ? À quel endroit de l’école les présenteraient-ils ? Raisonnez les réponses.


VOCABULAIRE

Art Conceptuel : Art basé sur la notion que l’essence de l’art est une idée ou un concept et que l’art peut exister séparé de l’objet ou même en l’absence de ce dernier comme sa représentation.

HAÏKU : Brève poème, sans titre ni rime ni ponctuation, d’origine japonaise. Le poème traite en général de la nature et de la réalité perçue par les sens. Le but est d’exprimer une idée avec le moindre nombre de mots possible.

Sculture minimaliste : Sculptures réalisées au moyen de formes peu expressives, sans gestuelle ni sujet. Les formes géométriques utilisées sont généralement primaires, des produits en série et des matériels préfabriqués. Pour obtenir la réduction formelle recherchée, l’objet minimal est dépouillé de toute ornementation afin de souligner la relation entre l’espace environnant et l’objet.

Readymade : Objet quotidien sorti de son contexte et appréhendé comme une œuvre d’art.


RESSOURCES EN LIGNE :

Instructions for Paintings (1962) et Grapefruit (1964)
www.monoskop.org/images/8/83/Ono_Yoko_Pomelo_Un_libro_de_instrucciones_de_Yoko_Ono.pdf
www.monoskop.org/images/2/2a/Ono_Yoko_Grapefruit_A_Book_of_Instructions_and_Drawings_by_Yoko_Ono_S_and_S_edition_excerpt.pdf

HAÏKU : 
www.poetryfoundation.org/bio/basho
www.big.or.jp/~loupe/links/ehisto/ebasho.shtml
www.toyomasu.com/haiku/

Art conceptuel : 
www.guggenheim.org/new-york/collections/collection-online/movements/195208/description
www.proa.org/exhibiciones/pasadas/lewitt/texts.html
www.revistas.unc.edu.ar/index.php/NOMBRES/article/viewFile/2078/1069

Marcel Duchamp : 
www.understandingduchamp.com
www.archivosurrealista.com.ar/Objetos6a.html
www.moma.org/learn/moma_learning/themes/dada/marcel-duchamp-and-the-readymade
www.merzbach.de/UNICACH/Antologia/textos/4.1.5._Cabanne-Conversaciones_con_Marcel_Duchamp.pdf

×