Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Brancusi - Serra

8 octobre 2011 – 15 avril 2012

« Les bords furent traités comme des éléments de dessin, non pour délinéer la forme, ni pour construire des relations de partie à partie, mais pour indiquer l'espace, ou l'orienter, ou le découper, ou juxtaposer des volumes d'espace ». Richard Serra1

Richard Serra (San Francisco, 1939) a reçu une formation de peintre mais c'est à la suite d'un séjour à Paris entre 1964 et 1965 qu'il a décidé de se consacrer à la sculpture. Chaque jour il visitait l'atelier de Constantin Brancusi, où il s'asseyait et croquait ses sculptures2. C'est grâce à Brancusi que Serra est venu à la sculpture, en cherchant à savoir comment un sculpteur peut articuler la forme dans l'espace, comment il dessine un volume. "Le volume dans l'espace a été fondamental en ce qui concerne ce vers quoi, je pense, j'ai dirigé mon énergie"3.

Une grande partie des premiers travaux de Serra traite de « l'articulation du processus » ; c'est pourquoi les phases de sa démarche de travail sont visibles : il n'essaie pas de dissimuler ou de masquer à l'observateur la façon dont l'œuvre a été créée4. Serra affirme que l'idée de Circuit (1972) lui est venue en saisissant une plaque en plomb d'environ 60 x 120 cm et en la posant dans un coin « pour s'en débarrasser ». Il s'est alors rendu compte qu'à l'angle des murs elle tenait debout seule.

« Et j'ai pensé : ‘N'est-ce pas intéressant ?' Une fois placée dans l'angle, elle ne peut tomber ni à droite ni à gauche. Elle ne peut pas bouger physiquement. La jonction des murs la maintient debout. [...] Et j'ai pensé : ‘Voilà !' Je me suis rendu compte que si je le faisais à plus grande échelle, il y avait là assez de potentiel pour diviser et reconstruire une salle »5.

En partant de cette plaque, il est passé à des plaques d'acier plus grandes et à utiliser les quatre angles de l'espace. Il a réalisé plusieurs versions de Circuit, consistant toutes en quatre plaques d'acier encastrées aux quatre angles d'un espace carré. Ces quatre plaques modifient la perception de l'espace qu'a l'observateur. Serra a affirmé que la pièce est liée à la « conscience perceptive. La question est de savoir comment le bord fonctionne comme ligne, en opérant une coupe transversale dans l'espace. Les bords furent traités comme des éléments de dessin... »6

Le Torse de Brancusi de 1909-10 met également en évidence le processus créateur à travers les lignes qu'il construit. Il a été taillé dans le marbre de façon à évoquer un torse féminin d'un côté mais en laissant l'autre côté non taillé. En laissant brute la moitié du bloc, de façon à ce que l'observateur puisse voir le marbre non traité, le processus de travail de Brancusi est plus évident ; on peut mieux voir la main de l'artiste à travers les lignes qu'il trace sur la moitié achevée.7La démarche créatrice devient visible, y compris d'une façon spirituelle : elle est forme et non-forme, création et chaos, des dualités qui peuvent être vues l'une à côté de l'autre.

1 Serra, Richard. Écrits et entretiens, p. 64. Paris : Daniel Lelong Éditeur, 1990
2 Brancusi Serra. Fiches d'information. Bâle : Fondation Beyeler, 2011.
3 Pulitzer Foundation for the Arts, "A Conversation with Richard Serra and Carmen Giménez," s.p.
4 MOMA.org, The Collection: Richard Serra: Circuit II, 1972-86, .
5 MOMA.org, The Collection: Richard Serra: Circuit II, 1972-86.
6 Serra, Richard. Écrits et entretiens, p. 64. Paris : Daniel Lelong Éditeur, 1990.
7 The Pulitzer Foundation for the Arts, Brancusi and Serra in Dialogue: Torso.

 

  • Observez avec vos élèves l'œuvre de Richard Serra Circuit, 1972. Qu'y voient-ils ? Que leur rappelle le matériau ? À leur avis, comment serait la pièce au toucher s'ils pouvaient la toucher ? Expliquez-leur que la pièce est construite en acier. À quoi vos élèves associent-ils l'acier ? (Si possible, montrez-leur un exemple et laissez-les le toucher pour en décrire les qualités). Donnez-leur les dimensions de la pièce et signalez des objets de la salle qui ont la même hauteur ou largeur (chaque plaque mesure 2,4 m x 1,15 m x 3 cm). Demandez-leur d'imaginer qu'ils déambulent dans la salle où est présentée la sculpture : Comment croient-ils qu'ils se sentiraient en passant entre les plaques ? Où se dirigeraient-ils au sein de cet espace ?
  • Maintenant, observez le Torse de Constantin Brancusi. Qu'y voient-ils ? À leur avis, comment serait la pièce au toucher s'ils pouvaient la toucher ? (Si possible, montrez-leur un morceau de marbre et laissez-les le toucher pour en décrire les qualités). Cette œuvre est en marbre. Où vos élèves ont-ils vu du marbre ? Que leur suggère ce matériau ?
  • Faites-leur comparer les deux pièces en faisant attention aux lignes qui définissent leur volume dans l'espace. Qu'ont-elles en commun ? Quelles différences y-a-t-il entre elles ?
  • Les œuvres de Serra traitent en bonne part de l'interaction de l'observateur avec un objet physique ou un espace. L'artiste a dit de cette pièce : « Et quand vous entrez dans l'espace, sans aucun doute vous êtes dans les limites mêmes de l'œuvre. Il n'y a rien de plus que l'œuvre. C'est pourquoi la salle se transforme en réalité en ce qui conditionne l'œuvre. Vous avez quatre plaques qui surgissent des quatre coins et la sculpture vous oblige à atteindre son centre pour cerner les quatre espaces »1. Demandez à vos élèves leur avis sur cette déclaration. Comment se sentiraient-ils en réalisant ce que l'artiste décrit ?
  • Pour Serra, les arêtes de cette pièce sont comme des « éléments de dessin ». Débattez de cette affirmation. Demandez aux élèves de créer un dessin représentant cette pièce. Dites-leur qu'il n'a pas à être exactement pareil, mais plutôt refléter ses lignes et la division de l'espace. Mettez ensuite tous les dessins en commun. Que reflètent les dessins par rapport à la pièce et à sa fonction dans l'espace ?
  • Puis demandez-leur de dessiner le Torse de Brancusi. Que peuvent-ils dire sur ses lignes ou sur la façon dont l'artiste crée le volume dans l'espace ?
  • Les spécialistes affirment que le Torse de Brancusi invite le spectateur à participer au processus créateur de l'artiste car il leur permet d'observer à la fois un bloc grossier de marbre non taillé et son autre moitié sculptée et polie. Que diraient vos élèves du processus créateur en regardant cette pièce ? Considèrent-ils que l'œuvre soit terminée ? Pourquoi oui et pourquoi non ?
  • Consultez et commentez les images de l'atelier de Brancusiet observez comment il disposait les sculptures pour faire en sorte qu'un oiseau dans l'espace se transforme en une révélation de la perfection.

1 MOMA.org, The Collection : Richard Serra: Circuit II, 1972-86.

 

 

Liste de verbes

  • Dans le cadre de son processus créateur, Serra a l'habitude de dessiner et d'observer le travail d'autres sculpteurs, mais cette façon de procéder est aussi stimulée par le langage. « Quand j'ai commencé, a déclaré Serra, il était pour moi essentiel d'explorer la nature du processus. C'est pourquoi j'ai créé une liste de verbes : enrouler, plier, couper, suspendre, tordre... et je finis par réaliser des pièces physiques dans l'espace en rapport avec la liste de verbes »1. Demandez à vos élèves comment travaille-t-on à leur avis de cette façon. Est-ce une façon de travailler différente de la façon dont travaillaient les artistes autrefois ?
  • Distribuez une copie de la Liste de verbes de Serra de 1967-682.
  • Demandez-leur, deux par deux, de parler de la façon dont ces verbes peuvent se traduire dans une œuvre d'art ainsi que des matériaux et/ou des méthodes qui pourraient être employés.
  • Donnez-leur ensuite un bloc d'argile, du carton ou une feuille de métal et demandez-leur de réaliser trois pièces différentes répondant aux verbes de la liste. Pour ajouter un peu d'amusement à l'activité, vous pouvez mettre les verbes dans une poche pour que chaque élève en pioche un. Ils pourront ainsi créer leur sculpture en s'inspirant de ce verbe tandis que les autres élèves devront deviner le verbe qui l'a inspirée.
  • Serra a également manifesté que cette « liste de verbes » l'a aidé à ne pas se soucier de la part psychologique de sa création ou de l'aspect qu'elle allait avoir. Comment vos élèves comprennent-ils ces déclarations ?Liste de verbes II
  • Avec les élèves plus âgés, cette activité peut explorer les aspects les plus abstraits de la liste de verbes de Serra. La plupart des verbes sont à l'infinitif (ex. : tordre), mais à la fin de la liste il y a une série de phrases. Demandez à vos élèves d'analyser ces phrases deux par deux en réfléchissant sur le pourquoi de leur présence dans la liste. À leur avis, quel type d'actions ou de mouvements impliquent-elles ?
  • Ils peuvent ensuite créer des sculptures ou même des dessins qui servent de réponse à ces phrases. Comment leurs créations suggèrent-elles des actions ou des mouvements ?
  • Liste de verbes : voir pdf. Richard Serra, « Verb List Compilation: Actions to Relate to Oneself » (1967-68)

1 PBS.org, Art21: Richard Serra: Entretiens et vidéos.
2
Serra, Richard. Écrits et entretiens, p. 9-12. Paris : Daniel Lelong Éditeur, 1990.

×