Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de cookies.

Le miroir inversé : Art des Collection de la Fondation "la Caixa" et du MACBA

31 janvier 2012 – 2 septembre 2012

Thèmes | Damián Ortega, Faux mouvement (stabilité et croissance économique), 1999-2003

| | |

Le titre de la pièce Faux mouvement (stabilité et croissance économique) renvoie à un slogan de campagne présidentielle qui promettait une haute stabilité économique grâce à la découverte de grandes réserves de pétrole ; un boom qui a vite donné lieu à la crise du marché du pétrole. La sculpture est une tour réalisée avec trois barils de pétrole tournant constamment, qui créent une sensation de fragilité et de déséquilibre permanent. D'une certaine façon, cette sculpture est une forme de caricature politique. "L'humour est un outil de compréhension, une façon de comprendre les choses à partir du fait de les tourner en dérision et de les critiquer," a déclaré Damián Ortega, à propos de Faux mouvement.4

Damián Ortega, Faux mouvement (stabilité et croissance économique), 1999-2003 

Damián Ortega (Mexico, D. F. 1967) centre son travail sur des thématiques comme le capitalisme, la politique et les questions sociales. A ses débuts comme artiste, Ortega a travaillé comme caricaturiste politique pour des revues et des journaux mexicains, dans lesquels il traitait de façon satirique l'action gouvernementale et les discours politiques. C'est à cette époque qu'il a commencé à réfléchir sur la façon dont l'environnement influence l'individu et les individus influencent la société.5 Ses œuvres montrent l'importance qu'il accorde au dialogue entre la société et les personnes. Pour Ortega, ses pièces ne sont pas des objets isolés, mais une réponse à la société et à l'activité politique.

Ortega a travaillé avec plusieurs médiums, comme la sculpture, l'installation et la vidéo pour explorer le potentiel d'éléments quotidiens tels que voitures, balles de golf, briques, galettes, bouteilles et barils de pétrole. Son objectif est de transformer ces objets quotidiens, courants, comme les composants internes d'une voiture ou les pièces d'un appareil photo Olympus, en œuvres d'art. Ses créations, joyeuses et pleines d'imagination, permettent à l'observateur d'entrer en interaction avec elles et d'imaginer diverses façons d'armer et de démonter ses sculptures. L'artiste a recours à des éléments industriels ou fabriqués en série pour créer des sculptures ready-mades où il incorpore des objets communs, parfois détournés, pour présenter l'ensemble comme une œuvre d'art.

Originaire de Mexico, Ortega a aussi vécu à Río de Janeiro et à Berlin. Ces trois villes occupent une place proéminente dans son œuvre : en 2002, par exemple, il a démonté une Volkswagen Coccinelle, un symbole culturel populaire à Mexico, pour suspendre ses pièces au plafond comme un éclaté tiré d'un mode d'emploi géant ou la déconstruction d'une voiture défiant la pesanteur.

4. The Institute of Contemporary Art/Boston, Audio Commentary - Damián Ortega: Do It Yourself

5. The Institute of Contemporary Art/Boston, Audio Commentary - Damián Ortega: Do It Yourself

  • Faites-leur décrire cette œuvre de la façon la plus détaillée possible. Que voient-ils ? S'ils devaient l'expliquer à quelqu'un qui ne peut pas la voir, comment s'y prendraient-ils ? Faites-leur écrire les mots qui leur passent par la tête.
  • En contemplant une sculpture, il est normal que l'observateur se déplace autour ; mais dans ce cas, l'œuvre d'Ortega bouge et tourne et certains visiteurs ressentent une légère sensation de tournis. A leur avis, qu'apporte ce mouvement à l'oeuvre ? Les trois barils de pétrole sont empilés dans un équilibre précaire sur une plateforme tournante quelque peu grossière ; ils donnent la sensation qu'un accident est sur le point de se produire. Demandez à vos élèves d'imaginer qu'est-ce qui peut être sur le point de se passer.
  • Expliquez comment Ortega a utilisé l'humour pour traiter un sujet sérieux.
  • Faites lire la citation d'Ortega et rechercher de l'information sur l'industrie pétrolifère mexicaine pour que les élèves se familiarisent avec le sujet de l'œuvre et puissent ensuite en débattre. Quelles sont les questions politiques que l'artiste explore dans cette pièce ? 
  • Comment la sculpture changerait-elle si elle était montrée ailleurs ? Si la sculpture était à eux, où et comment l'exposeraient-ils ? Pourquoi ?
  • Dans cette œuvre, Ortega étudie plusieurs aspects de la forme et de la structure, comme la fragilité, la légèreté, la pesanteur et le poids, autant de notions intimement liées à d'autres concepts de l'art et de la sculpture, comme l'équilibre et la tension. Comment, selon vos élèves, Ortega traite-t-il ces concepts dans cette œuvre ?
  • L'architecte de l'information Tom Wujec a lancé un défi baptisé Marshmallow Challenge (le défi du marshmallow). Vous trouverez plus d'information à ce sujet sur le site www.marshmallowchallenge.com. La tâche est simple : en 18 minutes, par groupes de 4, les élèves doivent construire une structure se soutenant seule et la plus haute possible à partir de 20 spaghettis secs, 90 cm de ruban adhésif, 90 cm de corde et un marshmallow. Le marshmallow doit couronner le tout. Relevez le défi, puis débattez sur ce qu'ils ont appris sur les matériaux, les structures de construction et le travail en équipe.
  • Demandez à vos élèves de choisir un sujet qui leur plaît et défiez-les à construire une œuvre d'art, un collage numérique, qui exprime ce qui les attire et les intéresse de ce sujet.
  • Pour le collage, ils peuvent prendre en photo, avec leur portable ou un appareil photo numérique, les objets qu'ils vont utiliser, décharger les images sur un ordinateur, les éditer et réaliser le collage avec un logiciel simple, comme Microsoft Office Paint, ou un outil plus avancé, comme Adobe Photoshop. S'ils utilisent plusieurs couches pour créer le collage, ils peuvent explorer d'autres possibilités de dessin ; encouragez-les pour qu'ils le fassent. Imprimez les images retouchées sur du papier photo, intitulez les œuvres et débattez sur les travaux et les thèmes traités.
  • Au lieu de faire le travail en s'aidant d'un ordinateur, ils peuvent aussi partir de coupures de magazines et de journaux en superposant et en combinant les pièces découpées. A la fin, ils doivent donner un titre à l'œuvre.
×