Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de cookies.

Ernesto Neto: le corps qui m’emporte

14 février 2014 – 18 mai 2014

Thèmes | Culture Populaire Tropicale

|

Les œuvres d’Ernesto Neto (Rio de Janeiro, 1964) ont été créées pour les traverser, les habiter, les ressentir, voire même les sentir avec notre odorat. Dans son interaction avec elles, le spectateur est inviter à expérimenter avec son propre corps, ses sens et son esprit.

Neto veut laisser le spectateur libre de jouer et d’expérimenter, mais en même temps, il nous demande d'être responsables et respecteux de l’œuvre d’art, qui, comme le corps humain, est fragile et doit être traitée avec un maximum de sensibilité et de délicatesse.

C’est pourquoi nous avons limité l’accès à certaines salles. Nous vous prions de suivre les instructions que vous trouverez tout le long du parcours afin de vivre la meilleure expérience artistique et de profiter de l’exposition sans nuire à la conservation des œuvres.

La fiche pédagogique que vous trouverez dans les pages qui suivent met l’accent sur l’importance de la culture populaire dans le travail d’Ernesto Neto.


CULTURE POPULAIRE TROPICALE

Noix de coco ouverte à la machette (Coco na Machadinha), 2011
Contreplaqué, crochet, téléviseur, casque et noix de coco.

“Je crois que nous devons nous réveiller et nous plonger dans la poésie tous les jours...Ce mouvement qui surgit en mélangeant civilisation et nature, la façon dont tout se trouve, trouve sa place, s’entremêle, bouge... enveloppe la ville de Rio de Janeiro”1 Ernesto Neto.

L’œuvre d’Ernesto Neto (Rio de Janeiro, 1964) est indissociable de l’univers de la culture populaire et de la rue. Son studio, situé dans le quartier colonial de Rio, est plongé dans la vie animée des petits commerces et des vendeurs ambulants qui offrent toutes sortes de services accessibles à la population.

En travaillant sur les signes d’identité de la culture populaire brésilienne, Neto en revendique l’importance. Il admire l’intelligence populaire, l’ingénuité et l’élégance avec lesquelles les camelôs (vendeurs ambulants) empilent sur leur dos, comme une bosse, les objets en vente, un défi aux lois de la pesanteur qui permet d’esquiver la présence policière. Des sculptures comme Vendeur ambulant bouquet lavandecamomille (camelo cacho lavandacamomila, 2010) ou Tambour, toutes deux de 2010, renvoient directement à cette iconographie de la rue.

La pièce Noix de coco ouverte à la machette comprend une vidéo intitulée Eau de coco, 2008, un manifeste en défense de cette boisson et de la vente d’eau de coco traditionnelle en opposition à sa commercialisation confiscatoire par les grandes multinationales. Il ne s’agit pas d’un choix esthétique, dans lequel un élément quotidien, la noix de coco, est élevé à la catégorie d’art, mais d’une apologie de l’authenticité culturelle face aux impératifs des systèmes politico-financiers issus de la mondialisation.

En 2009, la ville de Rio de Janeiro, via le Secrétariat pour l’Ordre Public et la Compagnie Municipale de Nettoyage, a lancé une campagne baptisée Operaçao Choque de Ordem dans le but de nettoyer les rues de la ville en fermant les petits commerces non réglementés et en renforçant la législation en matière de santé publique. L’opération, qui a fait disparaître des rues la spontanéité de l’activité informelle en faveur d’une économie plus rangée, a même modifié l’image des fameuses plages d’Ipanema et de Copacabana, où les paillotes hautes en couleur ont été éliminées au profit d’établissements uniformes de couleur blanche construits en matériaux standard. Les noix de coco ouvertes à l’instant, le fromage frais pasteurisé (queijo coalho) et les gambas, quelques-uns des produits les plus populaires des plages, sont aujourd’hui strictement interdits pour des raisons sanitaires et doivent être vendus emballés avec la date-limite de consommation correspondante.2

Pour Neto, cette volonté d’ordre a signifié non seulement la destruction des petits métiers populaires, mais aussi la perte progressive des signes d’identité d’une culture qui se vit dans la rue, à base de relations qui s’établissent dans la rue.

En 1967, Hélio Oiticica (1937, Rio de Janeiro−1980, Rio de Janeiro) crée l’œuvre Tropicalia, qui transpose l’atmosphère typique des collines et des favelas dans un un parcours labyrinthique où le spectateur est bombardé d’images sensorielles qui sollicitent tous ses sens. L’installation défiait l’espace et réintroduisait la quotidienneté dans l’œuvre d’art.
Ce projet connut un prolongement au cinéma, au théâtre et dans la musique de l’époque. Le mouvement tropicaliste lancé par cette œuvre revendiquait un certain “cannibalisme culturel” où les influences populaires se mêlaient en souplesse et naturellement aux idées novatrices de l’avant-garde.3 La sensualité, la douceur et le flux constant qui irrigue ces propositions relie l’art et la culture aux rues de Rio. Et c’est aussi cette démarche qui inspire l’œuvre de Neto, pour qui l’art “est partout, tout le temps : il est ici et maintenant”. Pour l’artiste, “À Rio nous baignons dans cette façon de penser basée sur le plaisir. Il y a de la jouissance à être vivant, même dans les moments les plus difficiles. Nous sommes vivants ; il n’y a pas d’autre issue, alors, face à la vie, nous devons être vivants”.4


CITATIONS :

1 Nike Flyknit Collective. Vimeo.com/50863391
2 Rainer Hehl, “La resistencia del ingenio popular. Reflexión de Ernesto Neto sobre la alta y la baja cultura”, dans Ernesto Neto: el cuerpo que me lleva, cat. expo. Bilbao: Musée Guggenheim Bilbao et Barcelona: Editions Polígrafa, 2014.
3 http://www.itaucultural.org.br/aplicExternas/enciclopedia_ic/index.cfm?fuseaction=termos_texto_esp&cd_verbete=4508
4 http://bombsite.com/issues/70/articles/2274

Observez Eau de coco sur http://www.youtube.com/watch?v=mdDka--yyqg

Décrivez ce que fait la personne qui apparaît sur la vidéo. Y a-t-il quelque chose qui attire particulièrement l’attention ? De quoi s’agit-il ? 

La noix de coco est un fruit tropical dont la chair, le jus, le lait et l’huile constituent une importante source nutritionnelle et qui sert d’aliment depuis d’innombrables générations. Dans la culture brésilienne, la noix de coco bénéficie d’une longue et respectable histoire. Pensez à un fruit typique de votre environnement. Comment a-t-on l’habitude de le manger ? À quelle occasion ou époque de l’année ? 

À Rio de Janeiro, l’eau de coco est associée à l’atmosphère détendue et festive des plages où elle se vend. Quel type d’aliments se vend sur les plages ou dans les lieux de loisirs que vous connaissez ? Qui les vend ? 

Quelles différences trouve-t-on entre les aliments que vendent dans la rue les vendeurs ambulants et ceux des magasins ? Demandez aux élèves d’énumérer le pour et le contre des deux options.

Quelle est votre opinion sur la vente ambulante ? Réfléchissez sur l’impact que peut avoir sur la société et sur l’économie d’un endroit l’interdiction de la vente ambulante.

Divisez la classe en deux groupes, l’un en faveur du vendeur ambulant et l’autre défendant la position des propriétaires.

Travail de terrain : Les rues de mon quartier

Divisez les élèves en deux groupes et demandez-leur d’effectuer un travail de terrain dans le quartier où ils vivent ou dans la zone où se trouve l’école. Les élèves doivent recueillir des informations sur l’activité commerciale de la rue, sur les relations des gens qui vivent dans le quartier avec les commerçants, ainsi que sur l’importance de certains produits pour eux.

Chaque groupe peut, par exemple, réaliser des interviews aux propriétaires des magasins ou des kiosques après avoir élaboré d’abord un questionnaire.

Pour matérialiser le travail de terrain, il peut être enregistré en vidéo ou documenté au moyen de photos ou de dessins. On peut même envisager d’inviter un propriétaire ou un vendeur de la zone dans la classe pour parler avec les élèves.
Une fois le travail terminé, une table ronde pourra être organisée dans la classe pour partager et exposer les conclusiones obtenues.


Un manifeste

Demandez aux élèves de trouver des renseignements sur un produit typique qu’ils aiment et qui se consomme dans leur village ou leur ville. Ils doivent s’informer sur son origine, son importance et le pourquoi de la popularité du produit.

Avec cette information, chaque élève rédigera un manifeste soulignant l’importance du produit à travers son intégration dans la culture et la société à laquelle il appartient. Il mettra également en valeur, si elle existe, la qualité nutritionnelle du produit.

Chaque élève pourra lire son manifeste aux autres. Après la lecture, ils débattront ensemble sur l’importance du produit.


Poésie visuelle

Invitez vos élèves à écrire au tableau deux listes avec des noms d’aliments. Dans la première liste, ils indiqueront des aliments consommés de façon générale dans le monde entier et dans la seconde les aliments typiques ou caractéristiques de certains lieux.

Divisez les élèves en deux groupes. Chaque groupe travaillera avec une des listes, dont il sélectionnera un aliment pour en représenter les caractéristiques et l’environnement sur une peinture murale au moyen de papier d’emballage et de crayons, de temperas, de cires, etc.
Une fois la fresque terminée, ils penseront à des phrases, à des mots et à des expressions populaires en rapport avec le produit. Ces phrases ou ces mots seront rédigés sur des post-its de différentes tailles et couleurs, qui se colleront ensuite sur la fresque de façon à composer avec la peinture un poème visuel.


VOCABULAIRE

Culture populaire : coutumes, connaissances et moyens de vie développés par un peuple qui les accepte et les considère siennes.
Favela : mot portugais désignant un bidonville qui s’est développé à l’intérieur ou à la périphérie d’une ville brésilienne. Généralement, il se caractérise par ses petites bicoques amoncelées dont les conditions d’habitabilité sont précaires.
Installation : genre artistique ou œuvre qui se caractérise par ses multiples composantes et conçue pour être installée dans une galerie ou un autre espace.
Manifeste : déclaration publique d’idées et de sentiments. En art, un manifeste sert d'expression revendicative et s’utilise habituellement pour jeter les bases de nouvelles écoles ou mouvements artistiques.
Avant-garde : terme utilisé pour décrire les artistes ou les groupes qui travaillent en dehors du courant culturel dominant et qui s’efforcent d'abolir les limites de ce qui est considéré comme un art “acceptable”.


Ressources

Sur le mouvement Tropicalia : 
http://www.itaucultural.org.br/aplicExternas/enciclopedia_IC/index.cfm?fuseaction=termos_texto_esp&cd_verbete=4508

Sur l’œuvre Tropicalia, de Hélio Oiticica : 

http://www.tate.org.uk/whats-on/tate-liverpool/display/dla-piper-series-constellations/helio-oiticica-tropicalia

http://www.museoreinasofia.est/en/collection/artwork/tropicalia-penetraveis-pn2-pureza-e-um-mito-pn3-imagetico-tropicalia-penetrable

http://www.museoreinasofia.est/sites/default/files/salles/informacion/104-05-tropicalia.pdf

http://www.heliooiticicaofilme.com.br/
http://www.e-flux.com/announcements/helio-oiticica-2/

Ferreira Gullar : 
http://elpais.com/diario/2007/09/22/babelia/1190417958_850215.html

×