Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de cookies.

Installations I: sélections des Collections Guggenheim

29 avril 2008 – 8 février 2009

L’art de l’installation, l’une des principales évolutions survenue dans l’histoire de l’art récent, s’affirme au début des années quatre-vingt-dix comme forme de production artistique impliquant la création d’une expérience physique d’immersion. S’inspirant des pionniers happenings du début des années cinquante et des artistes minimalistes et post-minimalistes comme Richard Serra, qui mirent l’accent sur l’expérience corporelle en se servant des interventions sculpturales, les artistes des années quatre-vingt-dix transportent l’œuvre d’art dans le monde du multimédia.

Dans ces œuvres, l’idéal moderne de la contemplation à distance est remplacé par l’interaction et l’exploration, le public étant amené à pénétrer dans des mondes construits avec des vidéos, du son, des sculptures, de la peinture et autres supports. Installations: Sélections des Collections Guggenheim présente quatre artistes qui transforment, à différents niveaux, l’espace du Musée en une zone ouverte dans laquelle les visiteurs ont la possibilité de découvrir des narratives personnelles, des mythologies privées, de nouvelles configurations sociales ou des révélations cosmiques. Cette présentation des œuvres de la Collection Permanente des Musées Guggenheim témoigne de la qualité de leurs fonds dans ce domaine prépondérant de l’art contemporain.

Les quatre œuvres de cette présentation mettent en évidence les différentes manières qu’ont les artistes contemporains d’utiliser le support de l’installation. Les divers éléments qui composent la pièce de Matthew Ritchie Problème de Hiérarchie (The Hierarchy Problem, 2003) créent une grande métaphore visuelle de la création et de l’histoire de l’univers. Le visiteur peut s’imaginer des lignes invisibles qui connectent les ramifications sombres et entortillées de ses divers éléments, offrant une interprétation de l’immensité de l’univers, au-delà de la compréhension humaine.

Cette sensation de découverte permanente se laisse percevoir aussi dans l’œuvre de David Altmejd Université 2 (The University 2, 2004), un modèle à grande échelle que le visiteur dissèque pour découvrir une iconographie cryptique. On y retrouve des hommes-loup morts et en décomposition, d’où surgissent des morceaux de verre et des bijoux, tels une promesse de renaissance au milieu d’une sombre vision d’horreur et de mort.

Une atmosphère similaire, de sensualité obscure, domine dans l’installation de Javier Pérez Masque de séduction (Máscara de seducción, 1997), qui se compose d’une série d’éléments extraits d’une performance réalisée par l’artiste. À l’aide de matériaux comme le crin de cheval et la soie, Pérez tisse une mythologie personnelle autour des limites vacillantes qui séparent l’intérieur du corps du monde qui l’entoure.

Finalement, l’installation de Rirkrit Tiravanija Sans titre2002- Il l’avait promis [Untitled 2002 (he promised)] transforme la notion d’œuvre d’art en une plateforme pour l’interaction et l’improvisation, dans laquelle le public peut pénétrer et avec laquelle il peut directement communiquer. La sculpture de Tiravanija est une reproduction en chrome et en acier de la résidence-studio à plan ouvert construite en 1921–22 par l’architecte moderne Rudolf M. Schindler, qui s’active grâce à l’expérience du public et est accompagnée d’un programme complet d’activités. Dans l’ensemble, ces œuvres expriment les multiples possibilités que l’installation peut offrir comme moyen d’expression artistique.

David Altmejd

L’Université 2 (The University 2), 2004

Bois, peinture, plâtre, résine, verre réfléchissante, Plexiglas, fil de fer, colle.

271,8 x 546,1 x 640,1 cm.

Solomon R. Guggenheim Museum, New York
Œuvre acquise grâce aux fonds apportés par les membres du Comité International du Directeur et du Comité Éxecutif: Ruth Baum, Edythe Broad, Elaine Terner Cooper, Dimitris Daskalopoulos, Harry David, Gail May Engelberg, Shirley Fiterman, Nicki Harris, Dakis Joannou, Rachel Lehmann, Linda Macklowe, Peter Norton, Tonino Perna, Elizabeth Richebourg Rea, Mortimer D.A. Sackler, Simonetta Seragnoli, David Teiger, Ginny Williams, et Elliot K. Wolk, et les membres collaborateurs: Tiqui Atencio, Linda Fischbach, Beatrice Habermann, Miryam Knutson, et Cargill et Donna MacMillan, avec fonds additionnels apportés par le Comité des Jeunes Collectionneurs
Vue de l’exposition The Guggenheim Collection, 2006–07, Kunstmuseum Bonn
Photo : Peter Oszvald, cédée par les Archives du Solomon R. Guggenheim Museum, New York

×