Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de cookies.

Gerhard Richter. Lawrence Weiner. Rachel Whiteread.

22 juin 2004 – 12 septembre 2004

Au cours des dernières décennies, Gerhard Richter (Dresde, 1932) a gagné la réputation, sans se limiter à style unique, d'être l'un des artistes les plus influents de notre temps. Sa production extraordinairement diverse comprend des sculptures et des peintures allant de paysages aux gris monochromes en passant par des abstractions coloristes. Huit gris, de 2002, consiste en huit panneaux de verre émaillé qui évoquent des thèmes que l'artiste explore depuis le milieu des années soixante. Peinture, sculpture et architecture en même temps, ces énormes panneaux reflètent ce qui se passe autour d'eux, formant en quelque sorte l'ombre d'une image toujours changeante. Au fur et à mesure que le spectateur entre et sort du plan de l'œuvre, il recrée des scènes au hasard qui lui donnent une composante aléatoire supplémentaire.

Lawrence Weiner (Bronx, New York, 1942) est un sculpteur et un artiste conceptuel qui utilise comme principal moyen d'expression le langage. Depuis 1968, moment où il détermine que la construction physique de l'œuvre d'art n'est pas essentielle à son existence dans le monde, Weiner a créé des centaines d'œuvres en recourant au langage comme constante parmi de très nombreux matériels possibles. Sur commande du Deutsche Guggenheim Berlin, il a créé NACH ALLES / APRÈS TOUT, une installation bilingue composée de différents textes qui traite de la réalité multiple des choses et de leurs matériaux pour autant qu'ils coexistent et qu'ils interagissent dans le même espace. L'œuvre est née de l'intérêt de Weiner pour le travail de l'explorateur et savant Alexander von Humboldt (1769–1859), dont l'exhaustif système de classification a poussé l'artiste à re-examiner les matériels du monde qui l'entoure et la façon dont ils s'ordonnent.

Rachel Whiteread (Londres, 1963) crée des sculptures singulières dans lesquelles elle transforme des objets quotidiens en espaces architecturaux pour construire des œuvres d'art à la fois poétiques et stimulantes. À la fin des années quatre-vingt, Whiteread a commencé à confectionner des sculptures avec des objets comme des lits, des lavabos, des baignoires et des armoires avec lesquels elle explorait la dimension privée de la vie domestique et réfléchissait sur le corps humain en termes symboliques. L'exposition présente deux pièces de grand format : Sans titre (appartement) et Sans titre (cave), toutes les deux de 2001, créées à partir d'un bâtiment londonien qui a servi successivement de synagogue, de magasin de tissus et de résidence et de studio pour l'artiste. Les deux œuvres incarnent la nature générique d'une grande partie de l'architecture d'après-guerre et reflètent les préoccupations esthétiques et sociologiques qui ont marqué cette période de l'histoire européenne.

Rachel Whiteread

Sans titre (cave) [Untitled (Basement)], 2001

Plâtre blanc brut plastifié

325,1 x 657,9 x 368,3 cm

Commande de la Deutsche Bank AG sur conseil de la Solomon R. Guggenheim Foundation pour le Deutsche Guggenheim, Berlin

×