Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de cookies.

Cristina Iglesias

6 novembre 1998 – 14 février 1999

Le Musée Guggenheim Bilbao présente une exposition des derniers travaux de l'artiste basque Cristina Iglesias. L'exposition, remarquable par l'harmonie toute spéciale avec laquelle elle se fond dans l'espace architectural qui l'abrite, comporte une vingtaine d'œuvres et comprend des pièces réalisées spécialement pour le Musée Guggenheim Bilbao.

Cristina Iglesias travaille avec des matériaux très divers, à la fois industriels (béton, fer forgé et verre) et naturels (bambou et feuillages). Quelquefois, comme dans l'œuvre Sans titre (Bois de bambou) [Sin título (Bosque de bambú), 1995–1997], l'artiste redéfinit l'espace occupé par la pièce en invitant le spectateur à pénétrer dans un bois grâce à un mécanisme de répétition du motif. Explorer l'idée d'un espace au sein d'un autre espace est l'un des thèmes récurrents de son travail.

Cristina Iglesias s'intéresse aussi à l'information additionnelle, aux données qui, de façon délibérée, distraient, détournent la perception de la forme abstraite. De là son introduction de détails — comme par exemple la flore plutôt exotique et identifiable — pouvant être considérés comme narratifs ou représentatifs. Ainsi que l'artiste elle-même l'indique, les jeux de textures ne sont pas perceptibles à distance, mais plus le spectateur se rapproche de l'œuvre, plus ils deviennent évidents. De fait, selon Nancy Princenthal « cet intérêt de Cristina Iglesias ne se limite pas uniquement à la conjonction de forme et image, mais s'étend aussi à image et décoration. Elle décrit cette conjonction comme “un transfert de l'ornementation à un espace de représentation” ».

L'œuvre Sans titre (Plafond suspendu incliné) [Sin título (Techo suspendido inclinado)], 1997, est un grand plan ondulé capable d'inverser la relation spatiale entre œuvre et spectateur, en mettant ce dernier en présence d'un volume organique et aqueux qui fait fonction simultanément de plafond et de sol, de fond et de surface. La fusion de l'organique et de l'industriel, le grand format et les compositions variées de ses sculptures engendrent un dialogue et adressent des signaux au spectateur pour que celui-ci déambule tout autour et, parfois au travers, des œuvres.

Les sculptures de Cristina Iglesias sont accompagnées de sérigraphies de grand format sur soie ou cuivre. Ces œuvres semblent être imprimées à partir de photographies d'installations réelles, alors qu'en réalité elles représentent des modèles en miniature de sculptures de l'artiste. A côtés des œuvres en trois dimensions, ces travaux créent une illusion de profondeur spatiale tout en estompant une fois de plus la distinction entre environnement naturel et espace construit. Dans l'œuvre Sans titre (Tryptique VIII) [Sin título (Tríptico VIII)] 1997, l'artiste souligne à la fois le plan photographique et l'image, plus secrète et profonde. L'œuvre invite d'abord le spectateur, en lui insinuant une facilité d'accès, pour ensuite couper net son élan: l'image est une impasse, sans point d'entrée réel.

Cristina Iglesias est née en novembre 1956 à Saint-Sébastien; actuellement, elle habite et travaille à Torrelodones, province de Madrid. Elle a participé à plus de 60 expositions individuelles et collectives dans de nombreuses musées et galeries d'Europe, d'Amérique du Nord et du Japon. En 1991, elle expose à la Kunsthalle de Berne et au Stedelijk Van Abbemuseum de Eindhoven en 1993 et participe à plusieurs expositions collectives telles que Métropolis Gropius-Bau de Berlin en 1991 et la Carnegie international du Carnegie Museum of Art de Pittsburg en 1995.

Cristina Iglesias

Sans titre (Jalousie II) [Sin título (Celosía II)], 1997

Bois, résine et poudre de bronze

260 x 350 x 300 cm

Guggenheim Bilbao Museoa

×