Suivez nous sur:

Euskara   |   Español   |   English   |   Français

Inicio
Menu

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation et vous offrir un service plus personnalisé. Si vous poursuivez la navigation, nous considérerons que vous acceptez leur utilisation.
Pour changer la configuration ou obtenir davantage d’information, veuillez consulter notre Politique de cookies.

Arcs Rouges

19 octobre 2006 – 25 janvier 2007

Projet dintervention artistique au pont de La Salve

Inauguré en octobre 1997, lannée prochaine, en 2007, le Musée Guggenheim Bilbao fêtera ses dix ans dâge. Pour célébrer cet anniversaire, le Musée a mis sur pied un projet dintervention artistique au Pont de La Salve, qui lui permettra dajouter à sa Collection une ouvre spécifiquement conçue pour lun des espaces les plus curieux parmi tous ceux qui constituent lenvironnement du Musée, tout en contribuant à lenrichissement du patrimoine artistique de la ville.

Les maquettes des trois projets qui ont répondu à linvitation, ouvres de Daniel Buren, Liam Gillick et Jenny Holzer, sont exposées dans la salle 103 B du Musée, accompagnées de matériaux complémentaires apportés par chacun deux qui aident à comprendre la conception de chaque projet et la trajectoire artistique de son créateur.

Prévue cet automne 2006, la décision finale sur linstallation, qui entrera dans la Collection du Musée Guggenheim Bilbao, reviendra à un Comité de sélection composé de deux représentants du Conseil Régional de Biscaye et du Gouvernement basque, respectivement, de larchitecte Santiago Calatrava, du secrétaire dexposition de la Royal Academy of Arts de Londres, Norman Rosenthal, du Directeur de la Fondation Solomon R. Guggenheim, Thomas Krens, et du Directeur Général du Musée Guggenheim Bilbao, Juan Ignacio Vidarte.

Les membres du Comité ne seront toutefois pas les seuls à participer au choix de cette intervention artistique sur le Pont de La Salve. Le Guggenheim Bilbao a considéré que, compte tenu de lenvergure du projet, de son caractère éminemment populaire et de sa volonté dintégration dans la physionomie de la cité, ses visiteurs avaient un grand rôle à jouer dans la sélection.

Il a donc été prévu quà partir du 20 octobre, et jusquau 30 novembre 2006, tous les visiteurs qui le désireront pourront voter pour la proposition de leur choix, en déposant une carte qui leur sera remise à lentrée, avec leur vote, dans une urne placée à côté de chaque maquette. Lopinion majoritaire des visiteurs du Musée ainsi exprimée comptera pour une voix lors du vote du jury.

À partir de la décision du comité, lartiste retenu disposera de quelques semaines pour élaborer sa proposition définitive, dont lexécution au Pont de La Salve devra avoir lieu au cours de lannée 2007.

Daniel Buren

Le projet proposé par Buren repose sur lidée que lunique élément perturbateur de la parfaite harmonie créée par Frank Gehry entre le Musée et le pont -enveloppé et remarquablement intégré par larchitecture du premier-, est larc dacier qui, selon lartiste, "nest pas visuellement en rapport avec lélégance du Musée".

À partir de ce constat, son intervention artistique se centre sur la transformation de la structure du pont, quil recouvre dune "peau" de couleur qui le sculpte, modifiant ainsi sa forma et sa configuration sans porter aucunement atteinte à sa fonction originelle.

La couleur choisie par Buren pour la sculpture est un rouge vif qui contraste fortement avec le vert de la structure tout en étant en même temps en "connexion chromatique" avec le titane des écailles de lédifice de Gehry. Les bords latéraux sont une succession de bandes blanches et noires qui sopposent à la couleur rouge.

La pièce comporte deux types déclairage : dun côté, un éclairage statique qui se projette sur les deux faces de la "sculpture rouge" et, de lautre, une lumière plus complexe et dynamique placée sur ces côtés qui évolue dans un mouvement constant sur les bords internes et externes de la structure.

Liam Gillick

La proposition de cet artiste est dans la ligne de ses travaux précédents, dont le but est de susciter le dialogue et la réflexion, de créer une plateforme de débat et déchange. Le projet dintervention artistique quil présente est une tentative dintégrer le Pont de La Salve dans son environnement à partir dun jeu dombres et de lumières qui organisent et redessinent lespace, brisant visuellement la pente de la chaussée sans nier son existence.

Il envisage ainsi de mettre en valeur la structure du pont en y installant une pièce circulaire incorporant une équation de physique théorique déjà utilisée pour une précédente création en Irlande, en 2000, et extraite dun classique de la science-fiction, Fragment dhistoire future de Gabriel Tarde. Cette formule, qui analyse limpact des villes sur le climat et lenvironnement en général est, selon lauteur, "un défi pour celui qui lobserve" et met laccent sur le processus de communication à partir de lart.

Dans ses ouvres, Gillick, professeur à lUniversité de Columbia (New York) depuis 1997, combine souvent les structures formelles et les mécanismes conceptuels. Ici, il complète sa proposition avec une séquence de sphères de différentes dimensions, éclairées de lintérieur et installées le long des deux côtés de la chaussée, à lextérieur du pont, transformant celui-ci, mais aussi le Musée, en point dattraction.

Jenny Holzer

Lartiste nord-américaine a conçu pour le Pont de La Salve une pièce pensée comme un dialogue avec le paysage, lhistoire et la culture locale qui vise à exprimer, en même temps, la projection internationale de la ville. Pour cela, et également dans le but avoué de rendre visible le mouvement de Bilbao autour de la Ria qui, selon lartiste, "impose sa présence depuis nimporte quel coin de la ville", Holzer propose dinstaller sous le pont une série de colonnes à diodes, dont la lumière orange se reflètera en permanence sur leau de la Ria.

Les textes projetés par ces supports électroniques, qui se prolongent de la base du pont, sur la rive droite, jusquau point où sa structure semble se fondre dans le titane du Musée, incorporent des fragments de poètes basques, espagnols et décrivains internationaux, en trois langues : basque, espagnol et anglais.

Outre les diodes, cette proposition comporte un second élément : sur lune des tours dascenseurs de laccès piétonnier, ainsi que sur la passerelle qui relie les deux côtés de la chaussée, des projecteurs pourront être disposés lors doccasions spéciales, temporairement, pour "lancer" des textes lumineux sur le Musée, la Ria et la colline dArtxanda. Par ailleurs, dans le cadre de la rénovation du pont, la totalité de sa structure, y compris le dessous du tablier, sera peinte en gris.

Vue partielle de la salle 103B : au premier plan, le projet de Daniel Buren, qui finalement fut réalisé

×